www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
20 juin 2011

Le recteur de l’Académie Orléans-Tours doit retirer ses propos discriminatoires

Communiqué de la FSU 28

 Paroles de Rectrice lues dans la presse : inadmissible et inacceptable !


Ayant pris connaissance des propos de la nouvelle Rectrice de l’académie d’Orléans-Tours au sujet de sa politique éducative, rapportés par la presse régionale le 17 juin 2011, la FSU28 condamne fermement le caractère insultant, simpliste et discriminatoire de ces affirmations.

Adoptant le même mode de communication démagogique que celui du Président et des ministres en place, la Rectrice désigne ses boucs émissaires : les enseignants, dont 2/3 « implantés depuis plus de 6 ans » et 1/3 « d’étoiles filantes » (la totalité, donc…), seraient responsables du « manque de dynamisme de l’académie » ; l’Education nationale serait « trop maternante » ( ??) ; et les enfants issus de l’immigration seraient à « retirer des statistiques » pour trouver que « nos résultats ne sont pas si mauvais ni si différents de ceux des pays européens ».

Pour ceux qui subissent au quotidien, dans leurs établissements, les effets des 1354 pertes d’emplois depuis 2007 et des contre-réformes les accompagnant, ces attaques résonnent comme une provocation, et ne sont nullement de nature à « remotiver les enseignants », ni à « redonner de l’ambition aux jeunes ».

La reprise du refrain nauséabond sur les « échecs scolaires imputables aux enfants d’immigrés » (propos tenus par C. Guéant, Ministre de l’Intérieur, le 22 mai à la radio), alors qu’études et rapports officiels (OCDE, INSEE, HCI…) prouvent le contraire (à même niveau social, les enfants d’immigrés réussissent plutôt mieux que les autres à l’école), s’inscrit dans le cadre d’une politique de stigmatisation et de division qui ne peut qu’accentuer les inégalités au sein du secteur éducatif. La phrase « Si on enlève des statistiques les enfants issus de l’immigration, nos résultats ne sont pas si mauvais… », prononcée dans un pays où est interdit tout fichage de nature ethnique, nous conduira à interroger les autorités compétentes en matière de lutte contre les discriminations.

Les intentions affichées par la Rectrice (promouvoir les « coups de pieds dans le derrière », faire des « économies d’emplois », fermer des établissements ruraux, redéployer les moyens, développer dans le Supérieur la présence des chercheurs du privé et des entreprises locales, etc.), directement inspirées des logiques managériales du privé, auquel se réfère volontiers ce représentant de l’État (qui, sortant de son devoir de neutralité, affirme représenter « un gouvernement dont la politique [lui] convient ») ne laissent pas d’inquiéter pour l’avenir de la communauté éducative dans notre académie.

La FSU 28 n’en sera que plus vigilants pour combattre pied à pied les mesures et contre-réformes infligées aux élèves et personnels de cette académie, et défendre le droit de tous à un service public de qualité.

Champhol le lundi 20 juin


Communiqué du SNUipp-FSU

 Le recteur de l’Académie Orléans-Tours doit retirer ses propos discriminatoires

« Si on enlève des statistiques les enfants issus de l’immigration, nos résultats ne sont pas si mauvais ni si différents de ceux des pays européens ».(1) Ces propos discriminatoires de la rectrice de l’Académie d’Orléans-Tours sont indignes d’un fonctionnaire de l’Education nationale. Imagine-t-on un enseignant prononçant publiquement de tels propos vis-à-vis des résultats des élèves de sa classe ? Il serait immédiatement rappelé à l’ordre par sa hiérarchie !

Cette déclaration est d’autant plus scandaleuse qu’elle ignore totalement les études sur les parcours des élèves issus de l’immigration. Le numéro 74 de la revue Education et formations (2) du ministère de l’Education indique qu’ « à situation sociale et familiale comparable, les enfants d’immigrés ont des chances au moins égales à celles des autres élèves de préparer un baccalauréat général ». Pourquoi dévaloriser les résultats du travail de ces élèves et de leurs enseignants ? Pourquoi porter atteinte à l’image que les enfants ont d’eux-mêmes ? Ces propos sont d’autant plus graves que toutes les études montrent que cette attitude conduit à réduire les ambitions et les résultats scolaires.

Mme le recteur tente de faire porter la responsabilité des résultats des évaluations internationales aux enfants issus de l’immigration : c’est faux, injuste et inhumain. Cette stratégie du bouc émissaire va à l’encontre des objectifs et des valeurs qui fondent l’engagement professionnel des enseignants. Ce n’est pas en recyclant un cliché haineux qui trace un peu plus profondément le sillon du Front National que l’école permettra de mieux faire réussir tous les élèves.

Le SNUipp-FSU dénonce cette démarche qui vise à masquer en fait la réalité de la politique de fermetures de classes, de suppression des aides aux élèves en difficulté, de réduction drastique des moyens de formation, de capacité de scolarisation en maternelle et d’offre de postes au concours.

Le SNUipp-FSU demande au ministre de l’Education nationale de faire cesser de tels propos discriminatoires qui portent atteinte à l’image de l’école et aux valeurs que portent ses personnels. Le respect des élèves exige des excuses ou un démenti de la part de Mme le Recteur. Faute de quoi, les notions d’éthique et de neutralité d’un fonctionnaire seraient mises à mal et n’auraient plus de sens dans cette académie.

 Paris, le 19 juin 2011

(1) http://www.lanouvellerepublique.fr/ACTUALITE/Education/Enseignement/Cette-academie-manque-d-ambition2

(2) www.education.gouv.fr/cid4945/perception-systeme-educatif-projets-avenir-des-enfants-immigres.html

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.