www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
11 septembre 2011

Tous en Grève le mardi 27 septembre 2011 grr

Manifestation départementale

14h30

Place des Halles Chartres

AG FSU 10h30 :

  • Champhol
  • Nogent le Rotrou, foyer socio-culturel
  • Chateaudun, salle St André
  • Dreux, cercle laïque
FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNSA Education
Mardi 27 septembre 2011
GRÈVE ET MANIFESTATION
Non à la casse de l’École Républicaine

Depuis 4 ans, le Ministère de l’Education nationale a supprimé plus de 52 000 postes. Le dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux met l’Ecole publique à genoux, ne lui permettant plus d’assurer ses missions de Service public. Ce dogme ne permet plus aux personnels d’exercer leur métier avec sérénité et professionnalisme.

Les personnels de l’Education, les parents et les jeunes se sont mobilisés régulièrement au cours de l’année scolaire 2010/2011 pour dénoncer les conditions de la rentrée. En Eure-et- Loir, c’est 800 élèves supplémentaires qui sont scolarisés à cette rentrée pour un retrait de 70 postes.

Ces suppressions associées au manque d’ambition éducative dégradent encore plus les conditions d’apprentissage des élèves et de travail des personnels. En fait, le gouvernement a pour objectif la recherche d’économies pour le système éducatif (16 000 nouvelles suppressions de postes à la prochaine rentrée scolaire alors même que plus de 60 000 élèves supplémentaires sont attendus).

Le sacrifice de la formation des enseignants sur l’autel des économies budgétaires a mis en grandes difficultés les nouveaux entrants dans le métier. Nos jeunes collègues paient ici durement de tels choix politiques, en parfaite méprise de notre profession et de leur avenir.

Si le gouvernement cherche à tromper l’opinion en affirmant sans cesse, comme si cela pouvait convaincre, que l’on peut faire « plus avec moins », la France devient un des pays qui investit le moins dans son éducation et donc dans l’avenir, conduisant le pays dans l’impasse.
En plus de la question fondamentale des postes, la politique éducative, l’avalanche de mesures inadaptées, incohérentes et précipitées maintiennent un système éducatif inégalitaire qui ne permet pas de lutter réellement contre l’échec scolaire.

La nécessité d’une tout autre politique éducative passe aussi par un budget plus volontaire. Pour cela, les organisations FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNSA Education appellent les personnels de l’Education nationale et de l’enseignement agricole publique à se mettre en grève et à manifester le mardi 27 septembre prochain. Elles exigent l’arrêt des suppressions d’emplois, une autre logique pour le prochain budget et une transformation démocratique du système éducatif afin d’assurer la réussite de tous les élèves.

Aujourd’hui plus que jamais, notre pays a besoin d’un système éducatif qui s’attaque réellement aux inégalités scolaires et traite la situation des élèves en grande difficulté. D’autres choix pour la réussite de tous les jeunes sont nécessaires afin que l’École remplisse les objectifs d’une École démocratique, ambitieuse et émancipatrice.

MANIFESTATION DÉPARTEMENTALE
14 H 30
Place Des Halles à Chartres

Le SNUipp-FSU avec les fédérations et syndicats de l’éducation nationale appelle à une journée de grève le 27 septembre contre les suppressions de postes tandis que Nicolas Sarkozy promet des annonces pour le primaire à la fin du mois.
Lire les infos sur le site national

  Grève du 27 septembre

En cette rentrée, le bilan de la politique gouvernementale en matière d’éducation est lourd de conséquences pour les conditions d’enseignement :

  • la fermeture de plus de 60 000 postes depuis 2007,
  • la disparition de la formation professionnelle rémunérée au profit de la mastérisation,
  • la fermeture de centaines de postes de maîtres de RASED,
  • la mise au chômage de centaines de personnels en CUI,
  • l’arrêt de l’aide à la direction,
  • la fermeture de 1500 classes en primaire,
  • la multiplication des procédures d’évaluation et le fichage généralisé de tous les élèves,
  • l’abandon des zones d’éducation prioritaire,
  • l’instauration des méthodes de gestion des personnels en vigueur dans le privé
  • la rémunération au mérite et la mise en concurrence des personnels et des établissements.

 Dans notre département, avec 13 postes en moins et malgré l’augmentation du nombre d’élèves (+ 400), il y avait un enseignant devant chaque classe, le jour de la rentrée.

Cela a été possible :

  • par la fermeture de 30 classes (dont une le lendemain de la rentrée),
  • suppression de 3 postes de RASED et gel de 5 postes,
  • suppression de 2 postes surnuméraires, d’un support de formation (stage long)et d’un poste CRI,
  • le maintien du nombre deTR malgré les besoins grandissants,
  • la quasi disparition de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans,
  • en plaçant tous les PES en classe dès la rentrée
  • en faisant pression sur les collègues en temps partiels et en refusant le 80% de droit.La politique du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite conduit le gouvernement a annoncer pour la rentrée 2012 une nouvelle suppression de 16000 postes alors même que 60 000 élèves supplémentaires sont attendus.

  Dénonçons la poursuite de cette politique « Tous en grève le 27 septembre » .

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.