www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
16 février 2012

5es Rencontres Nationales sur l’Accompagnement

Longtemps écartés de l’école, les parents sont désormais sollicités pour l’aider dans ses missions. Bien que reconnus comme partenaires par les textes depuis plus de vingt ans (loi d’orientation de 1989), ils peinent à trouver leur place dans l’institution. Or, viser la promotion collective exige une mobilisation conjointe des acteurs de l’éducation.

Des motifs de tension

Avec la montée en puissance de la demande de qualification imposée par le contexte économique, les parents sont passés de l’intérêt distant à l’inquiétude voire à l’angoisse vis-à-vis de la scolarité. Leur confiance à l’égard de l’école n’est plus automatique et, dans le contexte d’une concurrence sociale exacerbée, la figure du « parendélève » s’est pluralisée.

Les mieux pourvus en capital économique et culturel, encouragés par les discours critiques à l’égard du système scolaire, continuent de jouer en stratèges, ici pour le choix d’établissement et de filières de formation, là en colonisant l’école pour mieux en saisir les codes, infléchir voire en contester les options pédagogiques.

Les parents de milieux populaires sont, pour beaucoup, victimes d’une « désorientation scolaire » consécutive aux changements incessants d’organisation et de programmes.

Plus captifs de l’offre locale de formation, moins familiers de l’univers scolaire, ils sont plus fréquemment dans le retrait, parfois désabusés (quelle valeur des diplômes face au chômage ?) et souvent par délégation, font confiance aux professionnels. Mais quand la promesse n’est pas tenue, quand les difficultés se révèlent et qu’ils ont le sentiment d’en être rendus responsables, le ressentiment est vif, source de tensions et de conflits.

Pour une éducation partagée

De part et d’autre de la scène scolaire, les attentes sont fortes et trop souvent déçues. Bien des malentendus font obstacle à des relations apaisées et confiantes, au détriment des élèves. Comment lever ces incompréhensions ? Quelles logiques prévalent du côté des parents les plus à distance de l’école ? Comment donner à voir et à comprendre les attendus scolaires, et dans quelles modalités ?

On connaît l’impact de la mobilisation des parents à l’égard de la scolarité, à quelque niveau scolaire qu’on se situe. Comment peut-elle se manifester, être opératoire sans « technicité » excessive afin d’être à la portée de tous ? L’école ne saurait en effet leur demander de faire l’école à la place de l’école, sauf à perdre son crédit et sa légitimité. Quelle part revient à chacun dans l’éducation des jeunes ?

« Faire ses devoirs » : quels enjeux pour l’élève… et pour l’enseignant ? Comment en faire des outils de progrès et amener à l’autonomie intellectuelle ?

Eclaircir les rôles respectifs, œuvrer à la reconnaissance mutuelle, changer le regard et les façons de faire, informer mais aussi promouvoir le potentiel éducatif des parents… autant de moyens d’agir de façon conjointe à l’émancipation des jeunes.

Ces Rencontres croiseront des expériences menées dans l’école (de la maternelle au secondaire) comme hors l’école (PMI, Centres de loisirs, dispositifs d’accompagnement à la scolarité, Projets de Réussite Educative, d’éducateurs de quartiers, prévention de l’illettrisme…).

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.