www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Dossiers  / ÉVALUATION DES ENSEIGNANTS 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
8 mars 2012

CTM du 8 mars : Les organisations syndicales ne siègent pas

Jeudi 8 mars 2012, les organisations syndicales décident de ne pas siéger au Comité technique ministériel pour protester contre l’inscription à l’ordre du jour du projet de réforme de l’évaluation des enseignants.

Différé suite à l’opposition quasi unanime des organisations syndicales de l’éducation nationale, l’examen du projet de décret relatif à l’évaluation des personnels enseignants, CPE et CO-Psy, est inscrit à l’ordre du jour du CTM du 8 mars 2012. Après des mois d’absence de dialogue social, ce projet revient sous forme aggravée. L’évaluation des enseignants est un sujet sérieux. Que vaut cette précipitation dans un contexte de campagne électorale ? Où sont mises en débat des propositions engageant l’ensemble de la profession ? Les organisations dénoncent ce passage en force.

Les évolutions de forme, concédées notamment sous la pression de la mobilisation des personnels concernés, ne changent pas, en réalité, le fond du texte : c’est bien le supérieur hiérarchique direct – chef d’établissement (ou DCIO) dans le second degré, IEN dans le premier degré- qui serait seul responsable de l’évaluation et de la carrière, des enseignants, les corps d’inspection pédagogique se voyant attribuer une fonction subalterne dans ce processus.

L’entretien trisannuel, dont la mise en place s’échelonnerait selon les corps concernés entre 2013 et 2015, donnerait lieu, suite à l’auto-évaluation de l’enseignant, à une appréciation par le supérieur hiérarchique direct sur la base de critère contestables. C’est à partir de ces appréciations que seraient « formulées »et réparties les mesures d’avancement différencié, proposées par le supérieur hiérarchique direct et validées par le recteur.

Il va dire que que ce projet d’évaluation constituerait un alignement par le bas des carrières et ne serait en rien une amélioration de la situation.

Ce projet va à l’inverse de ce dont ont besoin les enseignants, en particulier en matière de formation et d’évaluation.

Les organisations syndicales signataires, renouvellent leur demande de retrait de ce projet. Elles décident de ne pas siéger au CTM du 8 mars.


FSU, UNSA-Éducation, SUD-Education, CGT-Educ’action, FAEN, FNEC-FP-FO

PDF - 114.9 koCommuniqué de presse commun

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.