www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Dossiers  / ZEP - REP - RAR - ECLAIR 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
12 juin 2012

Indemnité ECLAIR :
Le SNUipp-FSU 28 s’adresse à l’IA

L’introduction d’une part modulable, pour l’indemnité ECLAIR, marque une rupture avec le système de traitement existant puisque l’attribution de cette part dépendra des propositions que l’IEN fera à l’IA : il s’agit bien là d’une mesure en trompe-l’œil qui isole les collègues, qui introduit le mérite et qui risque de diviser les personnels en les mettant en concurrence (enveloppe dont le montant est fixe et à répartir entre les personnels concernés par des missions, des responsabilités particulières).

Nous avons, avec les équipes, dénoncé cette indemnité au mérite accordée en fonction de « l’investissement constaté ». Ce mode de rémunération est pour nous totalement inacceptable tout particulièrement dans un contexte où la charge de travail augmente.


Jean-Christophe Rétho

Secrétaire départemental SNUipp-FSU 28

À

M. l’Inspecteur d’Académie d’Eure-et-Loir

Champhol, le 12 juin 2012

Objet : Indemnité ECLAIR - part modulable

Monsieur,

Une indemnité ECLAIR est créée par décret en date du 12 septembre 2011. Celui-ci distingue une part fixe versée tous les mois depuis le début de l’année scolaire 2011/2012 d’une part modulable versée annuellement en fin d’année.

Les équipes se sont engagées dès la rentrée dans le cadre des projets d’écoles et/ou d’actions élaborées en concertation dans le réseau ECLAIR, et pour beaucoup depuis des années dans l’Éducation Prioritaire. L’engagement de tous nos collègues au service de la réussite de tous les élèves a été et demeure indéniable.

Pour le SNUipp-FSU, le travail d’équipe est une condition indispensable à la réussite de tous les élèves, en particulier dans les quartiers les plus difficiles. L’introduction d’un élément de rémunération créant des disparités de traitement entre des collègues ayant participé à l’élaboration d’un projet commun et ayant contribué à la réussite d’actions collectives peut conduire à un sentiment d’injustice et être perçue comme le retour d’une gestion arbitraire. Une attribution à géométrie variable de l’indemnité ECLAIR risque de fragiliser la cohésion des équipes et de créer des tensions qui nuiraient au bon fonctionnement des écoles. Nos collègues l’ont d’ailleurs fait savoir unanimement aux IEN lors des entrevues à ce sujet.

C’est pourquoi, comme nous l’avons fait en audience le 10 mai dernier et en CAPD le 22 mai, nous vous demandons d’attribuer, dès juillet, cette part variable de manière uniforme à tous les collègues affectés dans une école ECLAIR du département. Notre syndicat intervient nationalement pour que l’ensemble de ce dispositif soit revu et réponde au mieux à l’attente des équipes tout en contribuant à la réussite des élèves.

La circulaire du 29 novembre 2011 attire d’ailleurs “l’attention sur la souplesse autorisée par ce dispositif, aussi bien en ce qui concerne la nature des missions, activités ou responsabilités ouvrant droit à la part modulable, qu’en matière d’attribution individuelle dès lors qu’elle répond aux objectifs du programme ECLAIR”.

Enfin, nous vous rappelons que les questions relatives « aux grandes orientations en matière de politique indemnitaire et de critères de répartition y afférents » doivent être examinées en CT. C’est pour le SNUipp-FSU une condition minimale de transparence.

Restant à votre disposition, je vous prie d’agréer, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, l’expression de mes sentiments respectueux.


Le secrétaire départemental du SNUipp-FSU 28

Jean-Christophe Rétho

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.