www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
14 mars 2014

CHARTRES II
COMPTE RENDU DE l’AUDIENCE AUPRÈS DE L’IA

Pour faire suite à l’enquête que nous avions lancée, nous avons rencontré l’Inspecteur d’Académie le 22 janvier afin d’évoquer à la fois la situation générale de la circonscription de Chartres 2 et la situation individuelle des collègues en particulier, en lien avec l’inspection (réparation).

Cette audience a eu lieu un mois après la mise en place de l’intérim par la CPC de la circonscription en tant qu’IEN suite à l’arrêt maladie pour une durée longue de l’IEN titulaire.

Il nous a semblé important de maintenir malgré ce contexte cette audience (le nombre significatif de retours d’enquêtes ou de témoignages en est également un signe) à la fois car le préjudice causé à bon nombre de nos collègues de la circonscription est réel et qu’au-delà de la personne de Mme l’IEN c’est bien le fonctionnement de la circonscription tant dans ses aspects individuels (inspections) que collectifs que nous voulions exposer et dénoncer.

Il s’agissait d’engager une démarche collective (la délégation a été composée de collègues volontaires accompagnés par des délégués du personnel du SNUipp porteurs des enquêtes recueillies) afin de remettre l’administration départementale de l’éducation nationale face à ses responsabilités, mais aussi d’exprimer la volonté de ne plus jamais connaître une telle situation d’atteinte aux personnels et aux équipes sur le département.

Points abordés lors de cette audience :

Inspections :

La circonscription a connu depuis 4 ans et demi des attaques personnelles graves en direction des personnels. A l’occasion d’inspections, de nombreux collègues se sont sentis dévalorisés, dénigrés, leur travail déprécié, parfois catégorisés comme devant reprendre leur formation à zéro. Suite aux inspections, certains enseignants refusaient parfois de lire leur rapport durant plusieurs jours, tant les mots utilisés étaient durs et destructeurs.

Ces cas ne sont pas des cas isolés : au SNUipp, nous avons été destinataires de nombreux rapports de ce type et avons accompagné dans un premier temps ces collègues de façon individuelle. De plus, lors de nos tournées d’écoles, nous avons pu mesurer combien ce type de pratique rejaillissait sur le fonctionnement global des collègues et des écoles. Il est à souligner également que de tels dysfonctionnements n’existent pas dans les autres circonscriptions du département.

D’ailleurs à la suite de nombreuses inspections, la conseillère pédagogique généraliste de Chartres 2, « missionnée », n’arrivait pas aux mêmes conclusions que l’inspectrice. Nous soulignons également que nous sommes heureux que la circonscription n’ait connu aucun drame personnel.

L’IA a voulu dans un premier temps minorer l’impact de notre enquête et insister sur le caractère subjectif de l’inspection, il a cependant convenu que les rapports de Mme l’IEN de chartres 2 étaient très longs en comparaison des autres IEN du département. Il a affirmé lire l’ensemble des rapports avant de les signer et ne jamais désavouer l’auteur de ces rapports pour la raison essentielle qu’il n’était pas là au moment de l’inspection. Il a convenu avoir ouï dire à plusieurs reprises et par plusieurs canaux que certains échanges et/ou écrits pouvaient avoir été perçus de façon violente pour les personnes concernées. L’IA indique que la préparation de certaines inspections en amont par la conseillère pédagogique de circonscription ne permettait pas toujours que les inspections se déroulent dans de bonnes conditions, remettant ainsi directement en cause les pratiques d’inspection de l’IEN.

Fonctionnement des équipes :

Le SNUipp a voulu témoigner que le nombre important de collègues « démontés » lors d’une inspection, et ce, dans plusieurs cas, sur les mêmes écoles, a contribué à mettre à mal la dynamique des équipes. Parmi les enquêtes qui nous ont été retournées, certains témoignages émanent de directeurs présents dans l’école depuis un certain nombre d’années, parfois non inspectés, mais qui ont ressenti un malaise durable suite à l’inspection de collègues implantés sur l’école. Par ailleurs, les pressions ont été incessantes sur la rédaction de projets (sorties, intervenants…) sans forcément dégager une cohérence. Un climat malsain existait qui engageait parfois à se tourner vers un autre interlocuteur de l’institution que l’IEN. Le CPC était parfois devenu un CPC pansement pour récupérer des situations après coup. Par ailleurs, de nombreux dossiers comme le dossier des RASED sont en attente sur la circonscription et devront être réactivés.

L’IA a souligné qu’il pensait que la CPC, Pascale GRIMOIN, pouvait remettre sur de bons rails les écoles désunies et que cela expliquait en grande partie le choix qu’il avait fait sur cet intérim.

Problèmes de fonctionnement avec les partenaires :

Par ailleurs, en terme de fonctionnement, le SNUipp et les collègues présents évoquent le malaise quand des interlocuteurs différents ont, à de multiples reprises, dénigré la circonscription en affichant le manque de crédit de sa représentante. Cela ne facilitait pas les démarches à entreprendre.

L’IA a indiqué qu’il avait des retours variés en fonction des élus de la circonscription. Certains maires ont parfois apprécié l’IEN et les informations qu’elle leur a données (souvent au détriment du nombre de personnels territoriaux mis à la disposition des écoles). Il reconnaît par contre l’absence d’un projet fort et cohérent sur cette circonscription.

Demande de réparation du préjudice :

Quant à la demande de réparation émanant de certains collègues suite à une inspection, l’IA était dubitatif sur la forme et a indiqué qu’il n’opérerait pas de retrait de paragraphes compris dans les rapports d’inspection. Certains paragraphes n’ont pourtant pas lieu d’être dans un rapport puisque ne correspondant pas aux situations observées, ou faux dans les éléments relatés comme l’a fait remarquer une de nos collègues. Sur ce point, le SNUipp a proposé une formule permettant aux collègues, lors de la prochaine inspection, d’être reconnu sur un plan équilibré au niveau professionnel, entre réussites et domaines à approfondir. Cela prendrait la forme d’un entretien professionnel passé auprès de l’IEN assurant l’intérim, qui a une connaissance importante des collègues de la circonscription.

L’IA a validé qu’à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle et a accepté le terme de réparation. L’entretien sera conduit par Mme GRIMOIN et un compte rendu sera annexé au rapport d’inspection. C’est aux collègues d’en faire la demande (EN TRANSMETTANT LEUR DEMANDE AU SNUipp28)

Nous contacterons en ce sens les collègues qui nous ont saisis.

Avenir de la circonscription :

L’IEN en congé maladie, reste titulaire de son poste. Le SNUipp appelle à ce que la circonscription meurtrie, puisse repartir sur des bases saines de façon pérenne. Le SNUipp dans sa démarche générale, souhaite un retour à la sérénité. Nous soulignons que les écoles de Chartres 2, ne peuvent de façon durable, avoir le fonctionnement « au black » qu’elles avaient pu engager, afin de faire vivre les projets, dont elles avaient mesurés les effets positifs. Ce fonctionnement ne peut être satisfaisant, tant du point de vue hiérarchique, qu’en termes de couverture en cas d’accident.

L’IA a précisé qu’un certain nombre de questions restaient posées pour le moment : le mouvement des IEN n’est pas encore connu, idem sur les suites possibles du congé maladie de l’IEN de Chartres 2. Il pourrait donc y avoir un retour ou une autre absence sous forme de longue maladie. Dans tous les cas, l’IA n’a pas toutes les cartes en main actuellement, mais fait comprendre qu’il faudra alors mettre en place des garde-fous et éventuellement un nouvel intérim.

L’IA finit l’entretien en discutant, à bâtons rompus, sur le métier, et confirme, par cette posture, la confiance qu’il a à l’égard des personnels dans les écoles.

Face à cette démarche difficile, de longue haleine, initiée à plusieurs reprises, face à des remontées inquiétantes à la section ou lors de nos déplacements sur le terrain, l’action collective, conduite par le SNUipp, a permis d’exprimer la souffrance des collègues et des équipes et de faire reconnaître à l’IA qu’une réparation était possible dans l’intérêt individuel mais aussi collectif. Nous continuerons à porter au SNUipp les revendications des personnels sur des questions de défense individuelle et collective.

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.