www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Dossiers 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
13 juin 2014

Comité de suivi des rythmes du 13 juin 2014

Ce comité s’est tenu ce vendredi matin juste avant le CDEN du 16 juin où seront présentés les horaires des écoles du département.

Pour l’Inspecteur d’Académie, comme l’a annoncé le ministre le 12 juin, c’est le « temps de la reconquête de l’opinion » et la fin d’une première phase.

Pourtant, à moins de trois semaines de la fin de l’année scolaire, les nouveaux rythmes scolaires sont encore dans un grand flou et la rentrée ne se présente pas sous les meilleurs auspices, c’est le moins que l’on puisse dire ! La réalité a un visage bien plus incertain et plus inquiétant pour le fonctionnement de l’École.

L’IA a tenu à préciser un certain nombre d’éléments avant le CDEN.

Il a de son propre chef laissé plus de temps aux communes et dans certains cas aux conseils d’écoles pour faire remonter les projets d’organisations (13 juin)

  • Concernant le décret Hamon : 20 communes l’appliqueront à la rentrée prochaine, cela représente 60 écoles soit près de 17.5% des élèves du département (chiffres qui correspondent aux calculs que nous avons effectué pour le CDEN). 3 Communes ne l’appliqueront pas suite à un vote défavorable des conseils d’école : Thivars, Beville le Comte et Tremblay les villages. (Pour appliquer le décret Hamon un vote favorable du conseil d’école ou de la majorité des conseils d’écoles d’une commune est nécessaire)
  • 35 communes ont soit pris des délibérations soit voté des motions pour le maintien de la semaine Darcos. Pour ces dernières l’IA avec le préfet cet après-midi, écriront à ces communes, le détail devra être communiqué lors du CDEN.
  • 3 communes n’ont pas transmis d’horaire et veulent maintenir la semaine Darcos : Magny, St Victor de Buthon et St Pellerin.
  • 1 commune refuse de mettre des ATSEM à disposition de l’école le mercredi : Dangers.

Tous ces éléments confirment ce que le SNUipp-FSU n’a eu de cesse de répéter. A savoir, que cette mise en place s’est opérée de manière pour le moins précipitée, bricolée, en partie pour satisfaire à des annonces électorales. Il en ressort une mise en œuvre « brouillonne » et des incertitudes quant à sa faisabilité concrète. Elle aurait au contraire nécessité un temps de réflexion globale, aussi bien sur les objectifs dans l’intérêt des élèves que sur les possibilités de fonctionnement sur le terrain, garantissant de surcroît les exigences d’équité.

Depuis, le début, cette réforme mal pensée, mal préparée et peu financée est illisible. Largement contestée, elle ne doit pas être généralisée et doit être réécrite. En l’absence de cadrage national de l’Education nationale, ce sont les contraintes du périscolaire à la charge des communes (répercutés parfois sur les familles) ayant des possibilités de financements très fortement inégales qui déterminent les emplois du temps. A l’inverse, l’organisation des temps scolaires est devenue secondaire. Dans les écoles d’Eure-et-Loir, peu de changements seront notables à la rentrée : effectifs encore chargés, pas de nouveaux RASED, moins de 20 « plus de maîtres que de classes » et toujours pas de relance de la formation continue.

Le SNUipp-FSU lance une alerte pour la rentrée. Il est temps de clarifier la situation des écoles. Un cadrage national de l’Education nationale est nécessaire et des mesures concrètes pour améliorer les conditions d’apprentissage des élèves et les conditions de travail des enseignants sont à traiter en urgence.

Ce sont ces éléments que nous porterons lors du CDEN du 16 juin.

Pour le SNUipp-FSU.28

Jean-Christophe Rétho

 

268 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU.28- 3 rue Louis Blériot - 28300 CHAMPHOL

tel : 02.37.21.15.32 / Fax : 09.72.47.25.65 Email : snu28@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.

Afficher SNUipp-FSU 28 sur une carte plus grande