www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

11 mai 2018

TOUS EN GRÈVE MARDI 22 MAI

Pour préserver le statut de la Fonction Publique, pour une école et des services publics qui répondent aux besoins

Alors que des mouvements sociaux et des revendications s’élèvent de différents secteurs (étudiant-es, hôpitaux, EHPAD, SNCF, Air France, retraité-es, Fonction publique …), le gouvernement, sous prétexte de « moderniser l’action publique », confirme le lancement de « 4 chantiers de refondation du contrat social avec les agents publics ». Les orientations choisies, si elles n’évoluent pas, seraient plutôt de nature à dynamiter le statut : recours accru à l’emploi contractuel et précaire, développement du salaire « au mérite », externalisation, privatisation ou abandon de « missions de services publics », plan de départs volontaires et projet de 120 000 suppressions d’emplois en 5 ans, affaiblissement des capacités de défense des personnels dans les instances (CT, CHSCT et CAP)…

Il s’agit au contraire de défendre le statut de fonctionnaire et les services publics qu’il permet, éléments essentiels de notre modèle social qu’il faut améliorer et non pas fragiliser voire démanteler. Il s’agit également d’exiger une revalorisation de nos salaires. Après les grèves du 10 octobre et du 22 mars dernier, il nous faudra être encore plus nombreux, plus rassemblés et plus forts dans la grève et les manifestations le 22 mai.

Pour donner un avenir à la Fonction publique et à ses agent-es

Avec les organisations CGC, CFTC, CGT, FA fp, FO, Solidaires, UNSA et CFDT, la

FSU appelle à une nouvelle journée de grève et de manifestations le 22 mai prochain

Pour :

  • la préservation du statut général des fonctionnaires
  • l’arrêt des suppressions d’emplois
  • l’amélioration du pouvoir d’achat pour toutes et tous les agent-es
  • un plan de titularisation des contractuel-les et de nouvelles mesures pour combattre la précarité
  • la création des emplois nécessaires au bon fonctionnement des services publics

La Fonction publique est un pilier du modèle social de notre pays qui joue un rôle essentiel dans la cohésion sociale et contribue à plus de justice sociale.

PNG - 198.9 ko
Affiche 22 mai

Déclaration préalable, SMA, Arrêt Omont

La grève du 22 mai, va se dérouler le lendemain du lundi de Pentecôte qui lui-même succédera à un WE. Qu’en est-il de la déclaration préalable ? Combien de jours de retenu à l’occasion de cette journée de grève ?

Le texte (circulaire n° 2008-111 du 26-8-2008)

« Toute personne exerçant des fonctions d’enseignement dans une école, telle que définie au paragraphe A 2) ci-dessus, doit déclarer au moins 48 heures avant la grève son intention d’y participer »,

« Le délai de déclaration préalable de 48 h doit nécessairement comprendre un jour ouvré.

Les jours ouvrés sont les jours travaillés, c’est-à-dire les jours de la semaine pendant lesquels des cours sont assurés dans l’école au sein de laquelle est affecté l’agent, même si l’intéressé n’a aucun service à assurer ce jour-là. En raison de la nouvelle organisation du temps scolaire applicable à compter de la rentrée 2008, les samedis ne peuvent être des jours ouvrés dans les écoles publiques.

En conséquence, la participation à un mouvement de grève débutant un lundi devra faire l’objet d’une déclaration individuelle au plus tard le jeudi soir de la semaine précédente. »

Analyse de situation pour le 22 mai

Le lundi de pentecôte étant un jour férié (travaillé mais férié quand même), il n’est pas un jour ouvré. Dans ces conditions, le dernier jour ouvré avant le 22 mai sera le vendredi 18 mai. Les agents qui souhaiteraient déposer une déclaration préalable doivent donc le faire avant le jeudi 17 mai minuit.

Word - 31.5 ko
declaration prealable

Arrêt Omont

Celui-ci dispose que les jours non travaillés (vacances, WE, jours fériés) qui sont encadrés par des jours de grève, sont comptabilisés en journées de grève et donnent lieu à retenu d’un trentième.

Sauf à ce qu’il y ait un mouvement de grève le vendredi 18 mai, l’arrêt Omont ne peut être appliqué à la journée de grève du 22. Dans ces conditions, la participation à cette journée d’action n’entraînera qu’un seul trentième de retenu.

Informer les familles

Word - 31 ko
projet de lettre aux parents
Madame, Monsieur,

Enseignantes et enseignants des écoles nous figurons parmi les fonctionnaires qui assurent, au quotidien, une mission au service du public. C’est aux usagers du service public d’éducation que nous nous adressons et plus largement aux usagers des nombreux services publics dont nous sommes toutes et tous. Les services publics sont garants de l’intérêt général et accessibles à tous, tout au long de la vie : écoles, hôpitaux, crèches, justice, police, administration, transports…

Et pourtant, alors que, dans les administrations de l’État, dans les hôpitaux publics et dans les collectivités territoriales, on ne compte plus les services fonctionnant dans des conditions difficiles, les mesures annoncées concernant l’avenir de la Fonction publique sont très inquiétantes : suppressions programmées de 120 000 emplois, recrutement de contractuels non formés en lieu et place de fonctionnaires, poursuite de la dégradation du pouvoir d’achat des agents publics, privatisation de missions de service public, fermetures de services au détriment des usagers…

Sans les moyens nécessaires – qu’ils soient humains ou budgétaires – et avec des conditions de travail détériorées comme jamais, les services publics ne sont plus en mesure de rendre un service de qualité.

Dans les écoles, la rentrée scolaire ne s’annonce pas sous de meilleurs auspices :

  • Les classes restent bien souvent surchargées : le nombre d’élève par classe demeure nettement supérieur à la moyenne européenne
  • La formation continue des enseignants, indispensable pour mieux aider les élèves et faire face à l’évolution du métier, est absente ;
  • Les besoins en remplacement tout comme en personnels spécialisés pour les élèves en difficulté, sont loin d’être couverts le gel des salaires des fonctionnaires pénalise durement les professeurs des écoles dont le salaire est parmi les plus bas des pays dont le niveau de richesse est égal à celui de la France, ce qui nuit à l’attractivité du métier.

Pour toutes ces raisons, et à l’appel des neuf fédérations syndicales de la Fonction publique, que l’enseignant-e de votre classe sera en grève le 22 mai, pour défendre des services publics de qualité et de proximité.


 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir , tous droits réservés.