www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : CARTE SCOLAIRE  / 2017-2018 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
19 juin 2018

CDEN du 19 juin
Rythmes Scolaires

Lors du CDEN, ce matin, l’IA a procédé à l’enterrement de la réforme des rythmes. Cette annonce n’avait rien d’un scoop, tant le pourrissement de ce dossier s’était installé depuis plusieurs années.


Dans le document préparatoire reçu quelques jours auparavant, 2 communes restaient normalement sur une semaine à 4 jours et demi. La première étant celle de Souancé au Perche, qui entre temps, était entrée en contact avec l’administration, pour demander à ce que son retour à 4 jours soit examiné. La seconde commune est celle de Mainvilliers qui restera, dans le cadre d’un régime dérogatoire, à 4 jours et demi, avec une organisation sur 2 jours courts et 2 jours longs. Soulignons que pour la commune de Mainvilliers, la consultation des collègues des écoles n’a pas eu lieu, puisque le rythme scolaire n’évolue pas.

L’IA a souhaité noyer le poisson quant à l’existence d’avis différents au sein des conseils d’école, il a mis en avant le fait que, dans les écoles, les parents étaient très majoritairement partisans d’un retour à 4 jours, les enseignants également. Les maires l’ont rejoint sur cette analyse. L’IA a reconnu à demi-mot que les contingences de transport pouvaient conduire les collectivités, même lorsque le rythme actuel offrait un certain nombre de bienfaits, à un retour à 4 jours, sur le seul argument du transport.

L’IA conclut son analyse en affirmant que la société n’a pas voulu de ce changement, que les arguments des chercheurs sont un élément mais que cela passe nécessairement par une adhésion de la société dans son ensemble.

Si l’an dernier, pour la rentrée de septembre 2017, l’IA jouait sur du velours en disant que lorsque les avis des différents partenaires étaient opposés, et qu’un consensus n’avait pas été trouvé, il rendait un avis défavorable, cette année, il semblerait que les réponses fournies, dans les cas de désaccord, n’aient pas conduit à de longs palabres.

Nous avions à voter, sur le rythme nouveau de la plupart des écoles. Le SNUipp-FSU, cohérent à ses positions sur la question, s’est abstenu. En effet, comment voter en pour, quand dans un certain nombre de conseils d’école, les seules contingences ayant guidé ce choix du 4 jours l’ont été sur la motivation du transport. Comment voter pour, quand les éléments contradictoires visibles dans les votes, sont passés à la trappe.

Comment voter contre, quand le retour à 4 jours a bien souvent été souhaité par une majorité de nos collègues, pour qui cette réforme mal ficelée, a conduit localement à des inégalités pour les élèves, a contribué à une semaine alourdie pour nos collègues, a modifié les rapports parents enseignants, la liste serait longue encore pour cette réforme qui avait été tuée dans l’œuf, en ne prenant pas en compte un certain nombre de réalités locales.
La FSU s’est donc abstenue sur cette question, il y a une véritable réflexion sur le temps d’école à avoir, mais les impacts négatifs, que portaient en germe cette réforme, ont conduit de façon très rapide à sa fin.

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.