www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
9 novembre 2018

CDEN du 8 novembre

Ce jeudi 8 novembre s’est tenu le CDEN de rentrée qui avait pour objet d’adopter les mesures de carte scolaire de rentrée dans les écoles.

Seul le SNUipp-FSU est revenu sur les mesures de carte de rentrée en mettant en avant le fait que 3 des 4 « ouvertures » prononcées en septembre sont en réalité des annulations de fermeture, prononcées début 2018.

En ce sens, le SNUipp-Fsu a souligné qu’on ne peut pas se baser que sur les tables de naissance pour faire des prévisions de rentrée. En effet, l’expertise des directeurs et directrices d’école, ayant une réelle connaissance du terrain est un élément à prendre en compte dans ces prévisions.
L’IA a admis que de prendre en compte la seule table des naissances, est une difficulté.

Les annulations de fermeture doivent nous rendre encore plus vigilants et nous conforter à rassembler les éléments de la carte scolaire en janvier dans le cadre habituel d’expression des écoles.
Sur les dédoublements, l’IA reste dans les moyennes pour les autres classes que les CP et CE1, mais ces moyennes ont tendance à approcher les seuils et donc à augmenter.
Là aussi, il faudra rester vigilants pour que la mise en place de ces dédoublements n’impacte pas les effectifs des autres niveaux de classe.

Le SNUipp-FSU a déploré le fait que le cadre contraint de cette carte scolaire n’a pas permis à l’IA de prononcer des ouvertures dans des écoles où les effectifs sont pourtant importants, pour au moins 4 écoles de notre département.

Le SNUipp a expliqué qu’avec 500 élèves de moins et une dotation de -5 postes, chacun pouvait facilement comprendre qu’on ne pouvait pas financer 29 dédoublements et pratiquer les ouvertures nécessaires.
Il fallait donc se servir « sur le dos de la bête ».

Cela doit nous inciter à réfléchir quant à la dotation nécessaire pour les dédoublements supplémentaires à la rentrée 2019.

Au-delà du débat sur l’efficacité du dédoublement, si le gouvernement affiche une orientation, il doit se donner les moyens de la financer.

Le SNUipp-FSU a également déploré le manque de moyens alloués au remplacement. Ce qui a un double impact : des périodes de tensions dans le remplacement et la réduction des possibilités de départ en stage de formation continue.

L’IA a avancé sur le point de la formation continue, la mise à disposition sur tous les secteurs du département, de PEMF, dont les missions sont dédiées à l’accompagnement des collègues dans les écoles. Il a par ailleurs précisé que c’est sous forme de proposition et non d’injonction et a insisté sur le fait que cela ne peut fonctionner que sous cette forme. Le mode injonctif lui semblant contre-productif.

Vos représentants SNUipp-FSU 28 au CDEN : Tania Fourmy, Clémentine Ingold et Olivier Thomas.

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir , tous droits réservés.