www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Dossiers  / ZEP - REP - RAR - ECLAIR 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
21 juillet 2007

Les pratiques, c’est classe

Un rapport de l’Inspection générale sur l’éducation prioritaire insiste sur la pédagogie comme élément de réussite dans un contexte difficile. En lumière, un fort besoin de formation de qualité et d’accompagnement des équipes.

“Quelle pédagogie dans et pour l’éducation prioritaire” ? interroge le rapport de l’Inspection générale de novembre 2006 sur « la contribution de l’éducation prioritaire à l’égalité des chances des élèves ».

La question n’est pas neutre et prend le parti d’affirmer qu’ « il n’existe pas de fatalité à l’échec scolaire ». Certaines organisations et pratiques pédagogiques produisent des résultats efficients. En analysant leurs conditions, le rapport pointe divers facteurs : continuité des apprentissages régulée par un travail d’équipe, enseignement structuré, temps d’apprentissage préservé, niveau d’exigence élevé, animation et gestion par le directeur du travail collectif et des relations avec l’environnement de l’école. Pour autant ces réussites ne vont pas de soi, elles ne tiennent pas non plus du miracle. « Elles dépendent en partie de la qualité de la formation continue, en partie de l’encadrement de proximité » analysent les IG.

Comme pour mieux pointer les manques actuels, le rapport préconise alors différentes pistes pour « une relance pédagogique de l’éducation prioritaire ». Côté classe, des orientations sont dégagées : équilibre entre les temps clés d’apprentissage (phase de recherche et de manipulation, moments de construction, activités d’entraînement), exploitation de l’évaluation « en évitant un trop grand nombre sous des formes sophistiquées et complexes », transmission d’enseignements et de connaissances culturelles. Pour cela, les équipes pédagogiques ont besoin d’aides « jusque dans des aménagements pratiques de leur travail (organisation du temps de l’apprentissage, choix d’outils, instauration de rituels pour amener les élèves à travailler dans la sérennité…) ».

Ce soutien doit également favoriser la « construction d’une cohésion d’équipe ». Les enseignants ont besoin d’être épaulés par « un encadrement pédagogique de proximité ».

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.