www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : CARTE SCOLAIRE  / 2020-2021 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression
11 novembre 2020

AUDIENCE SANITAIRE IA 10 NOVEMBRE 2020

Aujourd’hui nous avions réussi à obtenir une audience auprès de Mme la DASEN pour porter les questions soulevées par le protocole. Nous avions beaucoup de questions et n’avons obtenu que des réponses à notre sens partielles et insatisfaisantes.

Epuisement de la profession et conditions d’exercice

La Covid est un révélateur de l’état dégradé de l’école.
Notre objectif premier est de permettre de maintenir les écoles ouvertes.
Pour autant la pratique de classe et la vie des écoles sont très compliquées. On se croise plus qu’on ne se voit, on jongle avec la demande institutionnelle de télé travailler tout ce qui peut l’être et la réalité des organisations et des moyens qui sont les nôtres, en temps comme en matériel.

Les notes sur les temps d’animations pédagogiques viennent d’arriver dans les écoles avec en particulier une demande de travail sur le projet d’école ou au moins son bilan (les demandes semblent parfois différentes d’une circonscription à l’autre). Comment envisager sereinement de dresser un bilan et/ou de projeter l’avenir de nos écoles dans de telles conditions alors même que nous peinons à gérer efficacement les concertations actuelles (conseil des maitres, ESS, travail du RASED, RDV de parents …) ?
C’est bien à ces questions que nous avons besoin de réponses effectives !

Les équipes ont encore plus besoin que d’habitude de l’appui et du soutien de leur hiérarchie en cette période. L’épuisement professionnel guette nombre d’entre nous et les incidents pouvant émailler habituellement notre quotidien sans trop l’affecter prennent parfois dans le contexte actuel des proportions tout autres.
Mme Mège rapporte la priorité de maintenir les écoles ouvertes et de préserver la santé de tous.

Sur la question de la tenue des réunions en distanciel, elle rappelle que c’est la consigne émise par la Rectrice pour éviter les contaminations. Nous sommes ré intervenus sans relâche pour dire combien cela compliquait la tâche en terme de fonctionnement, combien nous étions démunis en terme de moyens techniques, en terme de temps.
Sur le sujet précis du bilan du projet d’école, Mr Paillette est intervenu pour convenir que cela était difficile dans les formes actuelles de réunions, qu’aucune date précise ne serait imposée et que les demandes pourraient évoluer en fonction de la date de fin de confinement (aujourd’hui prévue au 1er décembre).
Nous vous invitons à revenir vers le SNUipp si les notes de service n’étaient pas conformes à ce point.

Piscine

Beaucoup de collègues nous ont fait remonter leur crainte légitime face au maintien des créneaux piscines dans certaines écoles du département sous prétexte d’application « des protocoles internes de tel ou tel bassin ».
Ces protocoles ne sont pas tenables : vestiaires souvent exigus et sans port du masque, parents accompagnateurs sans masque et en toute proximité dans un lieu clos, temps lié au protocole (douche …) qui réduisent d’autant le temps de pratique réelle de la natation…
La demande de SNUipp, déjà exprimée hier auprès de Mme la Rectrice, est la suspension des temps de piscine pour les collègues et écoles qui le demanderaient. Le respect des décisions prises par les écoles doit être entier et aucune pression ne doit être exercée sur les écoles.
Mme Mège a mis en avant le travail des CPD et des équipes de circonscription en la matière (ce dont nous ne doutions pas). Ce sujet doit être évoqué lors d’une réunion demain avec Mme la Rectrice. Nous ne manquerons pas de revenir à la charge.

Masque

Adultes : Où en est-on de la livraison des masques ?

La DAFIG a été mobilisée la semaine dernière sur la fourniture des masques dans le 2nd degré. Le déploiement des nouvelles dotations est en cours dans le 1er degré et devrait être effectif partout en fin de cette semaine. Merci à chacun de nous signaler si tel n’était pas le cas afin que nous ré intervenions.

Masques transparents

Pour ce qui est des masques transparents, la question du coût élevé de ces masques a de nouveau été soulevée par l’administration. De ce fait les collègues recensés (travaillant avec des élèves à handicap auditif) sont en train d’être dotés de masques transparents à raison de 2 masques lavables 20 fois par collègue. Nous avons une nouvelle fois rappelé que cela ne pouvait pas suffire.
La fourniture au-delà de ces personnels recensés ne semble pas d’actualité.


Enfants

Les masques de nos élèves sont un moyen de protection pour eux comme pour nous. La qualité des masques enfants et leur entretien est donc bien une question de santé au travail pour chaque enseignant. A ce jour, on connaît les difficultés financières que cela engendre pour les familles, notre demande reste bien la fourniture des masques aux élèves, seul gage de leur qualité.
Dans les écoles nous fonctionnons bien souvent sur le peu de stock de mai cela ne va pas pouvoir durer : où en est-on des livraisons annoncées ?

Là encore, des livraisons sont en cours. Mme Mège signale également être en lien avec certaines municipalités qui équipent les élèves de leur commune. Si cela peut permettre de pallier le manque dans certains lieux, nous avons rappelé l’inégalité territoriale que cela entraîne.
A la question : que faire si un enfant a un masque mais que nous constatons que ce dernier n’est pas en état ? La réponse a été de lui en fournir un. Espérons que les stocks suivent !!!

Besoin en personnel et en particulier en termes de remplacement :

La situation du remplacement est dramatique dans notre département. La suppression des temps de formation n’a pas suffi ! Lors de l’audience académique, Mme la Rectrice annonce une situation à l’équilibre dans notre département en terme d’équilibre poste personnel en se basant sur le CNE. Le CNE ne reflète pas la réalité. Chaque jour c’est plusieurs dizaines de classes qui ne sont pas remplacées. La situation risque fort de s’aggraver encore avec l’avancement des dossiers des personnes vulnérables et du fait du nombre probable de collègues en arrêt maladie lié directement ou non avec la Covid.

Face à cette situation : il faut recruter, en utilisant les listes complémentaires tant que cela est encore possible.
Mme Mège convient des problèmes de remplacement dans notre département, et a alerté le rectorat à ce sujet. De ce fait elle demande aux IEN de suspendre les autorisations d’absences pour « raison personnelle » (en cas de problème n’hésitez pas à nous contacter : nous savons que même si elles sont qualifiées ainsi pour la plupart elles n’en ont que le nom et certaines demandes ne sont en rien des demandes de « confort ») et concentre les moyens disponibles sur les remplacements dans les petites écoles. La réponse est donc la même d’années en années. Si cette réponse était déjà insatisfaisante les années précédentes, elle est dans le contexte sanitaire actuel inacceptable. La répartition des élèves va à l’encontre de toutes les règles sur le non brassage des groupes et réduit ainsi à néant tous les efforts des équipes pour appliquer au mieux le protocole. C’est bien de recrutements dont notre département a besoin ! Mme Mège se dit en attente d’autorisation de recrutement sans pouvoir préciser ni le nombre, ni la date, ni sous quelle forme (contractuels ou liste complémentaire).

Lors de la visio conférence avec la rectrice nous avions rappelé que le recours aux contractuels n’était pas la solution à privilégier. Nous avons rappelé l’urgence de ces situations et le besoin de réponses rapides et concrètes.

Suivi des cas de contaminations et des cas contacts :

Les collègues ont besoin de données claires sur la gestion des cas positifs et des cas contacts. A ce jour ce n’est pas le cas avec des positionnements qui semblent être à géométrie variable et on note des contradictions à l’intérieur même du guide académique.
Face à ces situations, les collègues ont besoin de soutien et se retrouvent exposés quand le traitement des situations diffère de ce qui est écrit.


Quid de la pérennité des fiches envoyées par le Ministère en début d’année ?

Mme Mège rappelle la situation de la cellule médicale de notre département (2 médecins pour 8 postes) et la charge très importante qui est celle des médecins de l’Education Nationale sur la période. Elle met en avant que les connaissances de la maladie évoluent et que par conséquent il en va de même pour les consignes qui sont travaillées en lien avec l’ARS.
Notre propos n’avait pas pour but de remettre en cause la qualité du travail de cette cellule mais de montrer le désarroi de nos collègues confrontés quotidiennement eux aussi à l’urgence et en direct avec les familles. Mme Julien Titeux, SG, indique que des enseignants volontaires, qui ne peuvent sur la période travailler en présentiel, vont être contactés rapidement pour épauler cette équipe (sur l’aspect administratif).

Jour de carence :

Nous combattons l’idée même du jour de carence depuis sa remise en place. Une mesure transitoire a permis d’y revenir pendant la période d’état d’urgence sanitaire.
La carence est injuste, et d’autant plus en cette période de pandémie, elle risque en plus d’être un frein à la déclaration des cas et donc d’être vecteur de propagation de la maladie.
Pour cette question, l’IA renvoie évidemment à l’échelon national. Pour autant il nous semblait légitime de poser cette question au représentant du Ministre qu’est l’IA dans notre département.


Vous trouverez ci-dessous le compte-rendu de l’audience du SNUipp-FSU académique avec la rectrice qui s’est tenue le lundi 9 novembre.

PDF - 60.5 ko
AUDIENCE RECTRICE

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir , tous droits réservés.