www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : CAPD  / Résultats 07-08 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
24 septembre 2007

CTP du 21 septembre

Le CTP de rentrée s’est tenu le 21 septembre. En préambule aux travaux Jean Klein pour le SNUipp (cf dessous) et Olivier Mimeau pour le SNES ont présenté des déclarations.

Le CTP a ensuite entériné les mesures de rentrée débattues lors des GTP du 28 août et du 5 septembre et a ainsi confirmé la gestion de la pénurie à laquelle l’IA est contraint.

Les seuls délégués du personnel FSU ont tenu à revenir sur les questions suivantes.

SPIJ : Après les fermetures de 2 postes (inacceptables à nos yeux) à Chartres, qu’en est-il du poste de SPIJ de Dreux libéré par une collègue devenue enseignante référente ?

Réponse de l’IA : J’attends des informations précises sur les projets et les besoins du SPIJ de Dreux.

Enfants scolarisés en CLIS : Quelques enfants orientés en CLIS n’ont pas obtenu de place. Les informations de la MDPH en direction des écoles ne sont pas toujours rigoureuses ….

L’IA considère que le département dispose d’un réseau de CLIS bien dimensionné. De plus l’an prochain les affectations en CLIS seront effectuées par l’IA après avoir pris connaissance des indications fournies parla MDPH et des décisions de la CDA.

Psychologues scolaires : Y a-t-il des candidats pour faire fonctioncette année ?

I A : L’appel à candidature est parti.

Plus généralement et pour les années à venir, notre département va devoir faire face à des départs en retraite s’ajoutant au déficit actuel. Comment améliorer cette situation par des mesures spécifiques : nombre plus important de départs en stage, postes plus attractifs qu’actuellement, secteurs moins vastes pouvant attirer des candidats nouveaux.

L’IAest conscient du problème, mais cela ne suffit pas il faut agir et vite.

UPI :Une 7e UPI a été créée au collège de St Prest, un appel à candidature va êtreenvoyé pource poste.

AVS :Le département a 41 ,5 AVSi et 7 AVSco. Un nouveau contingent d’AVSi doit arriver. Ces personnels nouvellement recrutésrecevront une formation de 60 heures. Il est à noter qu’il y a 95 ASEH dans le département. Si vous avez des besoins faites les remonter à l’administration.

TR : l’IA s’est félicité de l’implantation de 11 TR à titre provisoire. Cet effort est insuffisant au regard des besoins.

Ecole maternelle Louise Michel de Dreux : Les effectifs actuels sont de 83 pour 3 classes en RAR (Réseau Ambition Réussite).

L’IA dit que cette école fait toujours partie de ses préoccupations mais qu’il attend une stabilisation des effectifs ainsi… qu’une connaissance des effectifs des autres écoles maternelles de Dreux par le biais des fiches 0 de rentrée.

Les délégués du SNUipp réaffirment que la question de cette école ne peut dépendre de la suspension d’une action collective des directeurs que par ailleurs ils continuent de soutenir et qu’on pourrait même considérer qu’il s’agit d’une forme de chantage.

Ecole de Marville Moutiers Brûlé. Cette école pour laquelle nous avons déjà demandé une ouverture de rentrée lors du groupe du 5 septembre voit encore ses effectifs augmenter.

L’IA répond que pour l’instant un TR est affecté sur cette école.

Mais qu’en sera-t-il quand les congés mobiliseront tous les TR ? La situation actuelle avec 34 en maternelle et 30 en CE2 CM1 CM2 n’est pas acceptable. Pour nous une quatrième classe doit être ouverte

Base élèves. Motion FSU.28

Les délégués FSU présentent une motion départementale sur une base éthique.(Cf ci-dessous)

L’IA considère qu’il ne lui appartient pas de suspendre un dispositif national.

De plus il minimise nos critiques. Il considère que toutes les dispositions sont prises en matière de sécurisation des informations.

Il reconnaît cependant tout qu’on peut travailler et réfléchir sur certains aspects. Il s’engage à faire remonter nos questions et se dit sensible au respect des libertés individuelles.

Il refuse malgré tout de soumettre au vote notre motion ce que nous déplorons.

Pour nous, c’est clair, le problème réside dans l’externalisation toujours possible de renseignements qui sont confiés de façon confidentielle aux écoles. Par conséquent nous continuons à appeler les écoles à ne pas entrer dans ce dispositif.

 Pour celles qui ont déjà mis en place « Base-élèves » nous appelons à ne plus valider les saisies.

Vos délégués SNUIPP/FSU au CTP Hugues Villemade, Joël Silly, et Jean Klein


  CTP du 21 septembre 2007 – déclaration du SNUipp-FSU

En Eure-et-Loir comme partout, cette rentrée s’inscrit dans la mise en place de la loi FILLON avec pour objectif un socle commun pour tous, que l’on pourrait qualifier d’un SMIC scolaire et culturel. L’École dispensera donc un minimum de savoirs et chacun, avec les moyens financiers dont il dispose, devra aller chercher un complément ailleurs pour assurer l’avenir de ses enfants.

Ce sont les cadeaux fiscaux pour les plus aisés, qui de fait gagnent sur tous les tableaux, qui impliquent ces restrictions que seules supportent vraiment les classes moyennes et moins favorisées. Pour ces derniers justement, c’est à dire pour la grande majorité, on parlera d’égalité des chances !!!!

Dans le cadre de cette politique libérale de destruction des services publics et des systèmes de solidarité, l’école pour tous est sacrifiée au nom de la logique du marché. La rentrée 2007 s’est faite avec la suppression de 5 500 emplois au niveau national. À peine la rentré effectuée, le projet de la rentrée 2008 est déjà d’actualité (exercice budgétaire oblige) : On nous annonce 11 200 suppressions d’emplois dans l’éducation nationale. La volonté gouvernementale de poursuivre sa destruction de l’école de la République est constante.

Pour nous, cette orientation n’est pas inéluctable. La FSU est attachée à une Ecole pour la réussite de tous, nous sommes décider à engager le débat sur les transformations de l’école pour atteindre cet objectif. Débattre pour agir, les mobilisations seront indispensables pour que d’autres choix soit faits.

Dans ce contexte nous pouvons déjà mesurer les conséquences en cette rentrée 2007, de cette politique dans notre département :

Pour les écoles : pour 465 élèves de plus, une dotation de +10 postes :

Les conséquences : une augmentation des effectifs par classe et en particulier en maternelle ou les effectifs peuvent dépasser 30 par classes (Illiers, Toury, Marville Moutiers Brûlé,…). D’autre part nous constatons la dégradation des dispositifs pour les élèves en difficulté. En milieu rural, les petites écoles qui sont pourtant un facteur important de l’aménagement du territoire n’ont pas toujours les moyens de fonctionner correctement. Le nombre de remplaçants est toujours aussi insuffisant au vu des besoins du département, nous manquons aussi cruellement de psychologues scolaires. Les 5 ouvertures de classes de réajustement de la rentrée ne répondent qu’à une petite moitié des besoins !!! De plus l’accueil des enfants handicapés malgré les annonces ministérielles est compliqué et n’est pas satisfaisant.

La question de la direction et du fonctionnement de l’école ne bénéficie que de courts moyens. Les 4 écoles qui se voient attribuer quelques moyens supplémentaires ne font pas le compte. Il reste de nombreuses écoles en « réseau ambition réussite » qui devraient pouvoir bénéficier de mesures équivalentes.

D’autres écoles manquent également cruellement de moyens pour assurer convenablement les tâches de direction et un fonctionnement satisfaisant.

L’écart important entre les demandes formulées et argumentées et les réponses apportées traduit cruellement le manque de moyen, quoi qu’on puisse entendre par ailleurs, quels que soient les discours tenus et les courriers envoyés à grand frais par ailleurs…

Comment ne pas évoquer enfin, les dérapages extrêmement graves que nous venons de constater avec l’application « base-élèves ». Nous sommes intervenus à de multiples reprises pour dire combien la mise en place de cette application nous posait de problèmes éthiques. Il a été choisi de nous faire passer pour des nostalgiques de la gomme et du crayon, alors que nous souhaitions parler des libertés individuelles et de la confidentialité des éléments confiés par les familles à l’école. Aujourd’hui, force est de constater que nous avions raison. Ces renseignements parcourent la toile et sont consultables par ceux qui n’ont pas à les connaître. Demain, à quoi, à qui serviront ces renseignements devenus externes à l’école.

Nous persistons à demander que toutes les écoles soient dotées d’un même logiciel avec des applications compatibles et transposables, mais qu’elles restent maîtresses des données qu’elles reçoivent en confiance des parents de leurs élèves.

Pour terminer, que cela soit au niveau des moyens ou des principes, nous considérons que les élèves de notre département ne bénéficient plus d’un service public d’éducation à la hauteur de ce à quoi ils ont droit. L’école primaire (maternelle et élémentaire) doit être pour nous un outil de solidarité avec comme ambition celle de permettre à tous nos élèves d’acquérir une culture commune de haut niveau. Nous en sommes loin à cette rentrée, quant à celle de 2008, nous nous attendons au pire.

La FSU est déterminée à peser de tous son poids pour que de meilleurs choix soient fait pour l’École.


  Motion présentée par la FSU au CTPD du 21 septembre 2007 à Chartres

Des dysfonctionnements importants concernant « base élèves » dans notre département viennent corroborer les réserves et les inquiétudes formulées par la FSU sur cette application.

En effet, à l’occasion d’une consultation de cette base de données, des écoles d’Eure-et-Loir ont eu accès à des données personnelles et confidentielles concernant des personnes habilitées à venir chercher des enfants à l’école… pour toute l’académie.

C’est la preuve que ce fichier externe à toutes les écoles et consultable depuis l’extérieur peut-être utilisé à des fins qui n’ont rien de pédagogiques.

Si des outils plus performants doivent être donnés aux écoles pour rationaliser leur fonctionnement, ils ne doivent pas l’être au mépris de la confidentialité des éléments, souvent très personnels voire confidentiels (suivi des élèves, signalements, situation familiale, etc…) qui sont communiqués aux professionnels de l’Éducation.

Par conséquent, le CTPD réuni ce jour à Chartres, demande l’arrêt immédiat de l’expérimentation d’un tel dispositif et nous faisons la proposition de travailler autrement. L’outil informatique est un progrès mais le sens de son utilisation doit respecter les libertés individuelles de chacun.

 

145 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU.28- 3 rue Louis Blériot - 28300 CHAMPHOL

tel : 02.37.21.15.32 / Fax : 09.72.47.25.65 Email : snu28@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.

Afficher SNUipp-FSU 28 sur une carte plus grande