www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

8 septembre 2005

Avancement - Promotion

ça bloque toujours… … et pour tout le monde !

Quatorze ans après la création du corps des professeurs des écoles, la division des enseignants du premier degré est toujours prégnante.

PDF - 96.3 ko
Toutes les promotions 2004/2005

Après des mois d’actions, de manifestations et de grèves, la profession avait obtenu quelques améliorations en 1999 :

L’accélération des intégrations : la perspective de la fin du corps des instituteurs a été ramenée de 2017 à 2007.

La modification du calcul de l’indemnité différentielle : cette indemnité évitant une perte de rémunération due à la perte du droit au logement n’était pas compensatrice pour les instituteurs n’étant pas au 11e échelon au moment de leur intégration.

Aujourd’hui, nous constatons que la division reste bien ancrée. Entre celles et ceux qui ont été recrutés par concours, celles et ceux qui ont été intégrés par liste d’aptitude, celles et ceux qui sont restés institutrices(teurs), celles et ceux qui ont été promus à la hors classe des PE, pour le même métier les carrières sont bien différentes… les salaires également comme les futures pensions. C’est entre autres, pour ces raisons que le SNUIPP n’a pas voulu signer le protocole d’accord en 1999 après avoir consulté la profession.

Restera-t-il des instituteurs après 2 007 ?

La question vaut d’être posée de deux façons. La première au regard du nombre de possibilités d’intégration d’instituteurs dans le corps des PE chaque année, il est évident qu’il faudra encore attendre quelques années pour intégrer tout le monde. Il faut donc augmenter de façon significative le nombre d’intégrations.
La seconde façon de poser la question est de se demander ce qu’il adviendra de celles et ceux qui ne demanderont pas leur intégration. Seront-ils intégrés d’office ? Y aura-t-il des mesures dérogatoires ? En effet, des collègues n’auront pas leurs 15 ans de services actifs comme instituteur en 2007. Or, ces 15 ans sont nécessaires pour une ouverture des droits à pensions à 55 ans avec le nouveau code des pensions. D’autre part, il faut que tout le monde soit intégré pour que tous les instituteurs retraités voient leur pension réévaluée.

Les PE sortis de l’IUFM ont leur carrière bloquée

L’étude des promotions de 2004-2005 de notre département est claire. Alors que plus de la moitié des collègues promouvables au grand choix au 8e échelon des PE est issue du concours externe, il n’y en a aucun de promu ! Leur carrière future ne se fera qu’à l’ancienneté même dans le cas d’une note maximum. Comment en effet rattraper les années d’ancienneté qu’il manque lorsqu’on est en concurrence avec des institutrices(teurs) intégré(e)s par liste d’aptitude et ayant au moins 10 ans d’ancienneté de plus ?
Des mesures spécifiques doivent être envisagées au plan national pour gommer cet effet.
Notons à l’occasion que la satisfaction de la revendication de la FSU de l’avancement de tous au grand choix résoudrait ce problème.

Fin de carrière : la perspective de l’indice 782 pour tous

Actuellement, en Eure-et-Loir, 24 collègues sont à hors-classe du corps des PE. Pour un peu plus de 2400 enseignants du premier degré dans le département, c’est ridiculement peu. Le SNUIPP revendique la suppression de la hors classe et sa transformation en indice terminal 782 pour la classe normale accessible à toutes et à tous.
Cela étant, l’engagement initial du statut des PE prévoyait une hors classe représentant 15 % du corps des PE. Elle est de moins de 1 % actuellement. Notons, que dans ces conditions, un peu plus de 10 % des collègues partant en retraite sont des PE hors classe. Le corps des professeurs certifiés de collège et lycée avec près de 15 % de hors classe permet à plus de 62 % des départs en retraite de se faire comme hors classe.
L’accès à tous serait une mesure d’équité, de justice et permettrait en partie de résoudre le problème du bouchon pour les PE sortants qui sont en concurrence avec les anciens instituteurs.

Nous faisons tous le même métier, nous sommes appelés à travailler en équipe, nous devons avoir les mêmes possibilités de carrière. Cette division est toujours autant insupportable. Nous ne pouvons nous y résoudre d’autant qu’aujourd’hui, elle touche toute la profession.

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir , tous droits réservés.