www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
7 mars 2008

Travailler plus ?

Stages de remise à niveau pendant les vacances scolaires
En date du 1er février, le Ministre de l’Éducation Nationale a adressé aux recteurs, aux Ia et IEN, une note dont l’objet exact est : « Organisation des stages de remise à niveau proposés aux élèves en difficultés en français et mathématiques ».

Voici en quelques points l’essentiel de cette injonction :

  • En introduction, Darcos indique qu’il s’agit « d’aller plus loin dans le traitement des difficultés rencontrées par les élèves ». Plus loin que les 2 heures dégagées par la suppression du samedi matin.
  • Ce « nouveau service » sera proposé aux parents des élèves de CM1 et de CM2 qui présentent des lacunes importantes en français et mathématiques.
  • Ces stages se déroulent sur trois périodes (pâques, début juillet et fin août) d’une semaine à chaque fois, à raison de 3 heures pendant cinq jours.
  • 10 % (en moyenne) des élèves de CM1 et CM2 sont (seraient) concernés.
  • Les groupes d’élèves ne devront pas dépasser six. Ils seront constitués par les enseignants de CM1 et CM2.
  • Les maîtres de CM1 et CM2 établiront un bilan de compétences en maths et en français pour chaque élève concerné et transmettront le tout aux enseignants qui mèneront le stage. Ces derniers concevront le stage et rédigeront une évaluation des progrès, transmise à la famille et à l’enseignant de l’élève !
  • Les stages seront menés par des enseignants volontaires. La rétribution, sous forme d’heures supplémentaires figure ci-dessous.
  • Ce dispositif démarre dès les vacances de pâques.

Quelques chiffres :



Le taux de l’heure supplémentaire s’élève à :Soit un stage d’une semaine (15 h)
Instituteurs21,16 €317,40 €
PE classe normale23,79 €356,85 €
PE hors classe26,16 €392,40 €

En comparaison, le taux d’une heure supplémentaire pour une enseignant du 2nd degré :

PLC/PLP classe normale43,08 €
PLC/PLP hors classe46,29 €

Ces heures sont défiscalisées et exonérées de cotisations sociales (décret 2007/1430 du 4 octobre 2007).

En Eure-et-Loir : élèves et enseignants :

De rapides et simples calculs amènent aux résultats suivants :

Cette année, l’effectif de CM1 et de CM2 est exactement de 9481 élèves.

Si 10 % des élèves étaient concernés, 948 élèves pourraient « bénéficier » de ces stages.

Pour conduire ces stages, à raison de 6 élèves par stage, ce sont donc 158 collègues qui devraient se porter volontaires soit entre 6 et 7 % d’entre nous…

 Le « travailler plus pour gagner plus »
version premier degré !

Il n’aura certainement échappé à personne que le piège est redoutable.

Ce diktat ministériel se drape vertueusement dans les habits de la lutte contre les difficultés d’apprentissage. Il fait la proposition aux enseignants de s’investir davantage sur les périodes de congés, pour aider les élèves le plus en difficulté ; il propose, « la main sur le cœur » une rémunération défiscalisée !

 Redoutable pour la cohésion de la profession.
Catastrophique pour nos élèves fragiles !

Nous allons devoir faire preuve, entre nous, de beaucoup de sang-froid et d’intelligence, pour de pas créer de tensions, voire d’oppositions qui pourraient très vite fragiliser les équipes.

Nous allons aussi faire preuve de beaucoup de pédagogie pour expliquer au plus grand nombre, notamment aux parents de nos élèves, qu’on veut (le ministère) nous entraîner vers un système éducatif à deux vitesses (au moins) qui pousse les plus fragiles hors de l’école.

Parce que les choses sont bien claires.

Les élèves concernés par ces stages sont les mêmes que ceux qui seront concernés par les « 2 heures en plus » libérées par la suppression du samedi matin.

Peut-on imaginer que l’on fasse subir un tel régime, relevant plutôt du « gavage » que de l’apprentissage, à ces enfants.

Mais il est illusoire et surtout extrêmement dangereux d’en rajouter aux élèves en difficulté par des dispositifs qui les stigmatisent en les isolant de leurs camarades. Ce n’est pas en allant vers « moins d’école pour tous » et « des dispositifs spéciaux hors de l’école pour les plus fragiles » que la Nation remplira ses devoirs envers ses petits citoyens, mais bien en allant vers « mieux d’école pour tous », avec plus de maîtres que de classes, des RASED confortés et étendus, un système de remplacement opérant, une formation continue ressuscitée…

Soulignons-le, une fois encore, le Ministère et le gouvernement veulent supprimer 100000 emplois (sur 5 ans) à l’ÉducationNationale et regardons tout ce qui précède à la lumière de cette … « ambition » !!!

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.