www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : CAPD  / Résultats 07-08 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
3 avril 2008

Carte Scolaire après le CDEN

14 postes pour 717 élèves de plus, l’équation impossible !

Ce cadre budgétaire imposé a contraint l’IA à gérer la pénurie et à faire des choix avec lesquels nous sommes en total désaccord.

Une seule solution, obtenir un collectif budgétaire pour le département.

Cela passe par une très forte mobilisation pour la manifestation nationale du 18 mai prochain.

Inscrivez-vous dès maintenant !

VŒU PRÉSENTÉ PAR LA FSU 28

au CDEN du 3 avril 2008.

Le CDEN réuni le 3 avril 2008 à Chartres constate que les dotations attribuées au département pour préparer la rentrée 2008, ne sont pas en adéquation avec la situation de l’Eure-et-Loir.
En effet de nombreux besoins existent dans le Service Public d’Éducation. Les retards accumulés dans le département perdurent. La démocratisation du Système Éducatif et la réussite de tous nos élèves sont en jeu.
Le CDEN s’adresse solennellement au gouvernement pour qu’il programme un collectif budgétaire dès ce printemps, afin que la rentrée prochaine dans notre département puisse se dérouler dans des conditions plus satisfaisantes.

Pour : 15 (7 FSU, 5 FCPE, 1 PEEP, 2 ELUS) Abst : 1 (1 ELU) Refus de vote : 3 (SE-UNSA)

  Les mesures…

  OUVERTURES :

Maternelles :

Ø RP Alluyes/Trizay/Montboissier

Ø RP Combres/Happonvilliers/Montigny Le Chartif/Nonvilliers-Grandhoux

Ø Fresnay le Comte/Meslay le Vidame

Ø RP Magny/Marchéville

Ø Chartres Marie Pape Carpentier (différée suivant les effectifs)

Ø Lèves J.P. Reschœur

Ø Toury.

Ø Illiers maternelle

Elémentaires :

Ø Abondant

Ø La Bazoche-Gouet

Ø Bonneval

Ø Le Boullay Thierry/Le Boullay Mivoye

Ø Chartres Henri Matisse (différée suivant les effectifs)

Ø Clévilliers

Ø Goussainville (si local correct)

Ø Nogent le Roi Gaston Coûté

Ø St Arnoult des Bois

Ø Theuville

Ø RP La Chaussée d’Ivry/Oulins

Ø RP Donnemain/Moléans

Ø RP Fontaine la Guyon/St Aubin des Bois.

Ø Lèves J. Vallain

Ø Lucé J.Zay

Ø RPI St Bomert/Soizé/Les Étilleux/Coudray au Perche

Ø Lucé Jaurès

Ø 1 poste sur le secteur de collège Louis Armand (implantation à définir)

FERMETURES :

Ecoles élémentaires :

Ø CHATEAUDUN Caniaux

Ø DREUX Berthelot

Ø LUCÉ J. Ferry

Ø CHARTRES J. Guéhenno/CHARTRES Ampère (1 fermeture pour le groupe)

Ø ECROSNES

Ø SENONCHES

Ø LUCÉ M. France

Ø CHARTRES J. Ferry

Ø CHARTRES G. Philipe

Ø St GEORGES S/EURE

Ecoles maternelles :

Ø LUCÉ M. Viollette

Ø NOGENT LE ROTROU J. Macé

Ø CHARTRES Les Catalpas

Ø CHARTRES A. Fournier

Ø CHARTRES P. Fort

Ø LUCÉ les Béguines

  ASH :

Fermetures

Ø IME Vernouillet

Ø SPIJ Nogent le Rotrou

Ouverture :

Ø ITEP de Senonches

  LES CLASSES D’APPLICATION

Modifications d’implantations :

Fermetures de postes adjoints d’application restés vacants et ouvertures dans des écoles où exercent les maîtres formateurs titulaires du CAFIPEMF.

Ø Chartres : M. de Vlaminck

Ø Chartres : J. Ferry

Ø Dreux : St Exupéry

  ASH :

RASED :

Pas d’amélioration en vue.

CLIS :

Pas de fermeture envisagée pour la rentrée 2008. Nous avons réitéré la demande d’un groupe de travail sur cette question

AVS/ASEH :

Les supports sont conservés mais les personnels en fin de contrat « remerciés » : « C’était dans le contrat » nous a dit l’administration.

  ÉDUCATION PRIORITAIRE :

Postes MCR :

suppression d’1/2 poste à Lucé J. Zay

suppression d’1 poste à Chartres J. Guéhenno

  DÉCHARGES DE DIRECTIONS :

Ø La situation de l’école de Hanches (école à 13 classes et 327 élèves) est prise en compte par le maintien de l’attribution complémentaire d’une demi décharge.

Ø La situation de l’école de Châteauneuf-en-Thymerais (école à 12 classes + 1 Clis et 300 élèves) est prise en compte par le maintien de l’attribution complémentaire d’une demi décharge.

Ø ¼ supplémentaire Dreux Berthelot

Ø ¼ supplémentaire Dreux Prévert-Beullac

Ø Une école est concernée par la perte d’une décharge transitoire : Lucé : J. Ferry 11 classes : 0.50.

Le SNUipp a rappelé la situation des écoles bénéficiant de décharges « exceptionnelles ».

L’IA a répondu « qu’il verrait… plus tard ».

Fusions d’écoles :

Nous rappelons que pour procéder à une fusion les conseils d’écoles respectifs et le conseil municipal (ou administration territoriale compétente) doivent être consultés.

Suite à nos interventions lors du GTP, nous avons veillé à ce que cette procédure soit respectée.

Ø Dreux Prévert (5 classes) et Dreux Beullac (5 classes) deviendront une école élémentaire de 10 classes avec ¾ décharge.

Ø Landelles (3 classes) et Billancelles (1 classe) fonctionneront avec une direction administrative de 4 classes.

Ø Mainvilliers V. Hugo maternelle (5 classes) et Mainvilliers Zola élémentaire (8 classes+1 Clis) deviendront une école primaire de 14 classes avec décharge complète. En attente de l’avis du Conseil Municipal.

Ø St Eliph (3 classes) et Vaupillon (3 classes) fonctionneront avec une direction unique de 6 classes avec ¼ de décharge.

Ø Tremblay les Villages maternelle (5 classes) et Tremblay les Villages élémentaire (9 classes) deviendront école primaire de 14 classes avec décharge complète.

Ø Brezolles maternelle (6 classes) et Brezolles élémentaire (7 classes+1 Clis) fonctionnera avec une direction administrative de 14 classes avec décharge complète. Pas de fusion mais l’IA souhaite le maintien de la situation provisoire actuelle. Ce n’est pas techniquement possible.

Ø La Framboisière (1 classe maternelle) et La Puisaye (2 classes) fonctionneront avec une direction unique de 3 classes. En attente

Ø La Loupe n°1 (3 classes+1 Clis) et La Loupe n°2 (3 classes) deviendront une école élémentaire de 7 classes avec ¼ de décharge.

Ø Pierres Les Hautes Perreuses maternelle (2 classes) et Pierres Le Potencourt maternelle (2 classes) deviendront école maternelle de 4 classes.

A l’issue des débats, l’avis du CDEN a été requis sur les mesures de carte.

Contre : 15 (FSU, FCPE, PEEP, Élus) Pour : 4 (Élus) Abstention : 3 (SE-UNSA)

Vos délégués du personnels au CDEN : Hugues Villemade, Joël Silly, Jean Klein, Olivier Mimeau, Frédérique Marchand Selvais, Pascal Rolando, Christian Guérin.


 Déclaration FSU au CDEN du 3 avril 2008

 Monsieur le Préfet, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, Monsieur le Président du Conseil Général, Mesdames et Messieurs les membres du CDEN

Tout d’abord nous souhaitons la bienvenue à tous les nouveaux membres dans cette instance toute particulière qui réunit l’ensemble de la communauté éducative. A la FSU nous sommes très attachés à la fonction du CDEN. Nous espérons vivement que les travaux et les interventions de ce jour seront pris en compte.

Dans le contexte politique général qui tend à remettre en cause le « modèle social français » inspiré du programme du CNR (Conseil National de la Résistance) et fruit d’un large consensus entre des familles de pensée très différentes, l’école n’est pas épargnée. La volonté de ne remplacer qu’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite touche de plein fouet l’Education Nationale qui représente quasiment la moitié des fonctionnaires de l’état, plus de 6000 en Eure-et-loir.

La préparation de la rentrée prochaine marque clairement une rupture avec l’école de la république que nous avons connue jusqu’à aujourd’hui. La politique gouvernementale est fortement orientée par le désengagement de l’état en matière d’éducation qui se traduit par une diminution de l’offre de formation pour tous les élèves : suppressions de postes dans les lycées et les collèges, suppressions de postes et de filières de formation et remise en cause du bac professionnel en 4 ans dans les lycées professionnels, réduction de l’horaire obligatoire de 26h à 24h pour les élèves de maternelle et d’élémentaire. Comment croire dans un tel contexte que les stages de rattrapage pendant les vacances lancés à grand renfort de communication comme pour masquer les régressions que nous dénonçons peuvent être une solution satisfaisante ? Faut-il donc stigmatiser un peu plus les élèves en grandes difficultés en les renvoyant à l’école pendant les vacances refaire ce qui n’a pas marché pour eux alors que dans de trop nombreux secteurs, on ne leur a pas permis par manque de moyens adaptés ( RASED, enseignants supplémentaires, effectifs chargés) de régler en amont ce qui les empêche d’apprendre.

Faut-il encore croire en une ambition éducative pour tous ou seulement en une volonté de dégager une élite utile pour le bon fonctionnement de l’économie ? Pour les autres, il faudra se débrouiller avec les moyens du bord.

Pour être cohérent avec ses choix, notre ministre, avec une équipe restreinte, a élaboré (sans réelle concertation) de nouveaux programmes pour l’école. Ils témoignent d’une vision rétrograde (similitudes entre les programme de 2008 et ceux de 1923) et étriquée de l’école. La philosophie de cette orientation va l’encontre de l’idée de construction des savoirs par les élèves. L’acquisition d’un « SMIC culturel » à tout prix sans une appréhension du monde qui nous entoure va à l’encontre de la notion de construction de la citoyenneté.

De nombreuses personnalités dont l’implication ou les travaux font autorité dans le domaine de l’Education se sont exprimées en opposition à ces programmes qui tiennent bien peu compte des recherches en sciences de l’Education contrairement à la démarche qui avait prévalu pour les programmes de 2002.

Dans un tel contexte, comment va s’effectuer la rentrée Eure-et-Loir ?

Dans les écoles la rentrée se prépare avec 14 postes pour 717 élèves de plus, dotation largement insuffisante. Les différents moments de préparation de la rentrée prochaine ont clairement démontré l’écart entre les besoins formulés par les équipes d’écoles et leurs représentants et l’insuffisance des moyens mis à la disposition de notre département pour y répondre de manière satisfaisante… Les problèmes récurrents de notre département : les réseaux d’aides, le remplacement, la direction et le fonctionnement de l’école, les effectifs par classe, la maternelle¼ perdurent ou s’aggravent. Il est à noter que le taux d’encadrement des élèves en dix ans a régressé. Pourtant les attentes vis à vis de l’école sont sans cesse en hausse et la difficulté d’enseigner augmente car dans le même temps, les inégalités se sont creusées et confrontent l’école à une problématique sociale très difficile. Enfin, il ne faut pas oublier que l’école communale est un facteur important de l’aménagement du territoire et que notre département fortement contrasté entre ruralité et secteurs urbains doit faire preuve d’une attention toute particulière dans l’attribution de sa dotation en postes. Malgré toutes ces difficultés, nous tenons à réaffirmer dans cette instance que les réussites de l’école sont nombreuses grâce à l’implication de ses personnels et à l’attachement d’un grand nombre d’élus locaux.

Pour les collèges, la logique qui prévaut pour la rentrée prochaine est de supprimer des postes (12) et de les remplacer par des heures supplémentaires (13 ETP) ce qui revient à réduire le nombre de personnels dans les établissements (et pourtant nous avons besoin d’adultes qualifiés) en les surchargeant de travail. Cette politique conduit à une organisation de plus en plus complexe des établissements et fragilise le travail d’équipe pourtant indispensable. Pour la rentrée 2008, nous ne perdons pratiquement plus d’élèves. En 2009 nous entrerons dans une dynamique de progression du nombre de collégiens qui devrait durer plusieurs années. Rappelons ici que nous avons perdu plus de 150 postes dans les collèges ces 5 dernières années. Par conséquent, nos besoins sont criants. Les choix pédagogiques dans les collèges se sont réduits comme peau de chagrin. Le collège, maillon essentiel de l’acquisition d’une culture commune de haut niveau pour tous est un idéal qui est remis en cause par la politique actuelle.

Pour ce qui nous concerne, nous réaffirmons ici haut et fort que chaque élève peut et doit réussir à l’école.

Par cette déclaration, nous voulons clairement exprimer notre profond désaccord avec les choix actuels pour l’école. Autour de cette table, malgré nos différences, nous sommes nombreux à partager des valeurs communes et à considérer que l’école doit rester un service public ambitieux au service de la réussite de tous.

La FSU 28 s’oppose au renoncement et à la dégradation du service public d’Education. Elle pense que la mobilisation est nécessaire pour porter un projet différent et ambitieux pour l’école.

Aussi, dans un esprit d’unité et de rassemblement sans exclusive, elle organise une manifestation nationale à Paris le 18 mai prochain.

 

339 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU.28- 3 rue Louis Blériot - 28300 CHAMPHOL

tel : 02.37.21.15.32 / Fax : 09.72.47.25.65 Email : snu28@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.

Afficher SNUipp-FSU 28 sur une carte plus grande