www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
18 octobre 2008

Le « mouvement » des enseignants des écoles bouleversé de façon unilatérale ?

Alors que l’essentiel de la gestion des enseignants des écoles s’effectue au niveau départemental, le ministre de l’ Education nationale veut-il, de la rue de Grenelle, décider de l’affectation des enseignants des écoles, dans des départements aussi divers que la Lozère, la Seine-Saint-Denis, l’Eure-et-Loir ou le Finistère ?

C’est la question que l’on peut se poser à la lecture d’un projet de note qui n’a fait l’objet d’aucune concertation et ne s’appuie sur aucun état des lieux des pratiques départementales du mouvement des personnels.

Cette note modifie considérablement le rôle des commissions paritaires qui ne seraient plus consultées qu’à la fin des opérations d’affectation. Dans les phases préparatoires, la consultation des organisations syndicales serait laissée au bon vouloir des inspecteurs d’académie : ce serait une rupture totale avec les pratiques de concertation actuelles.

Le projet incite à renoncer aux qualifications jusqu’ici requises pour être affecté sur des postes particuliers : maître formateur, enseignant en CLIS (classe d’intégration pour les élèves en situation de handicap). La suppression des postes d’enseignants spécialisés pour l’aide aux enfants en difficulté y est confirmée avec la réaffectation sur des postes fixes.

Ce projet décide de modalités (compagnonnage, formation en dehors du temps scolaire, …) de prise de premier poste qui doivent faire l’objet de discussions dans le cadre de la réforme de la formation des enseignants.

Chaque année, le « mouvement » des enseignants du premier degré est une opération importante pour l’école : il s’agit d’affecter plus de 65 000 enseignants et d’assurer la scolarisation de plus 5 500 000 élèves.

Pour le SNUipp, obtenir les meilleures conditions pour les élèves et les enseignants nécessite la mise en place d’un véritable dialogue social au niveau départemental. Au contraire cette note remet en cause le paritarisme.

Le SNUipp s’opposera à l’arbitraire, à l’opacité et à la conception bureaucratique de ce projet qui vise à diminuer les conditions de transparence et d’équité du mouvement des personnels.

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.