www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
21 janvier 2009

Jeudi 29 janvier : Grève Pour TOUS public privé

CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, UNSA appellent à la grève et à la manifestation le jeudi 29 janvier 2009.

La crise économique amplifiée par la crise financière internationale touche durement une grande partie des salariés dans leurs emplois et leurs revenus. Alors qu’ils n’en sont en rien responsables, les salariés, demandeurs d’emploi et retraités, en sont les premières victimes. Elle menace l’avenir des jeunes, met à mal la cohésion sociale et les solidarités ; elle accroît les inégalités et les risques de précarité.

Surmonter cette crise implique des mesures urgentes d’une autre nature que celles prises par l’Etat et les entreprises, pour être au service de l’emploi et des rémunérations.

C’est pourquoi, les organisations syndicales (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, UNSA) appellent les salariés du privé et du public, les chômeurs et les retraités, à une journée de grève et de manifestation interprofessionnelle le 29 janvier 2009

Elles appellent à agir massivement et interpeller les responsables gouvernementaux, les responsables patronaux et les employeurs pour :

  • défendre l’emploi privé et public ;
  • lutter contre la précarité et les déréglementations économiques et sociales ;
  • exiger des politiques de rémunérations qui assurent le maintien du pouvoir d’achat des salariés, des chômeurs et des retraités et réduisent les inégalités ;
  • défendre le cadre collectif et solidaire de la protection sociale ;
  • des services publics de qualité qui assurent en particulier tout leur rôle de réponse aux besoins sociaux et de solidarité.

MANIFESTATION UNITAIRE

10 H 30

Devant la Préfecture à Chartres



AG FSU

14 H 30

à la section FSU 28 à Champhol



 Grève, les modalités

À noter : la grève du 29 janvier étant interprofessionnelle, les personnels territoriaux peuvent y participer.

Nouvelle procédure :

Dans le premier degré (écoles maternelles et élémentaires), les nouvelles dispositions mises en place, malgré la contestation de toutes les organisations syndicales et les oppositions des associations de maires, s’appliquent depuis la parution de la circulaire 2008-111 du 26 août 2008, au BOEN du 4 septembre 2008.

L’objectif est clair : réduire le droit de grève et limiter de fait la participation des personnels des écoles à tout mouvement.

Déclaration d’INTENTION de faire grève :

Chaque collègue qui ENVISAGE de participer à un mouvement de grève doit le faire savoir, individuellement, 48 heures avant à son IEN.

Cette déclaration ne conduira à aucun retrait de salaire et ne fera pas l’objet d’un relevé nominatif.

De la même manière, elle n’oblige en rien à participer effectivement à la grève.

Seul le pointage individuel réalisé par l’IA après la grève, amènera l’administration à procéder à un retrait de salaire pour service non fait.

La seule fonction de cette déclaration préalable est d’activer, auprès des maires, par l’IEN , la procédure d’accueil par du personnel communal, si au moins ¼ des collègues de l’école envisage de cesser le travail.

Comment entendre les 48 heures ?

Ces 48 heures doivent comprendre au moins 1 jour ouvré.

Pour une grève le jeudi, cette déclaration doit arriver au plus tard le lundi soir.

Sous quelle forme ?

Elle doit impérativement être individuelle et écrite :

Toutes les formes sont recevables : courrier, fax ou mail, pourvu que cela soit reçu au plus tard le lundi soir pour un jeudi, comme le 29 janvier par exemple.

Quelles conséquences ?

Pour les enseignant(e)s « simplement » une procédure administrative supplémentaire.

Pour les IEN, faire le décompte par école (et seulement le décompte) des enseignants potentiellement en grève et éventuellement demander au maire de la commune de mettre en place un système d’accueil.

Ce n’est pas au directeur de faire cette démarche.

Pour le reste, rien ne change. Nous prévenons les familles, comme nous l’avons toujours fait.

Et moi ?

  • J’envisage de faire grève le jeudi 29 janvier. J’envoie ma déclaration d’intention préalable pour qu’elle arrive au plus tard le lundi 26 au soir. Je suis en grève. Je ne réponds pas à l’enquête habituelle de l’IA qui suivra.
  • J’envisage de faire grève le jeudi 29 janvier. J’envoie ma déclaration d’intention préalable pour qu’elle arrive au plus tard le lundi 26 au soir. Je décide finalement de ne pas participer au mouvement de grève. Je réponds donc à l’enquête habituelle de l’IA que j’ai assuré mon service, je ne ferai donc pas l’objet d’un retrait de salaire.
  • Je n’envisage pas de faire grève… Rien à faire avant la grève, par contre, comme toujours, je réponds à l’enquête habituelle de l’IA que j’ai assuré mon service et ne ferai l’objet d’aucun retrait de salaire.

Proposition de modèle de déclaration préalable d’intention :

le 26 janvier 2009

Mme ou M. ……..

Enseignant à l’école …….

Adresse………………..,


à
M. Mme l’Inspecteur(trice).

Circonscription de ……….

Objet : grève du 29 janvier 2009

M. Mme l’Inspecteur(trice)

J’ai l’honneur de vous informer de mon intention de participer au mouvement de grève du 29 janvier prochain.

Comme le précise la circulaire n° 2008-111 du 26-08-2008 parue au BOEN du 04-09-2008, je me réserve le droit de ne pas participer à ce mouvement.

Je préciserai, sur l’enquête envoyée a posteriori, si j’ai ou non assuré mon service le 29 janvier.

Recevez, M. l’Inspecteur (Mme l’Inspectrice), mes salutations respectueuses.

signature


  Informer les parents

Proposition de lettre aux parents

École de ………

Madame, Monsieur,

La crise économique, amplifiée par la crise financière internationale, touche durement une grande partie des salariés dans leurs emplois et leurs revenus. Alors qu’ils n’en sont en rien responsables, les salariés, demandeurs d’emploi et retraités, en sont les premières victimes. Elle menace l’avenir des jeunes, met à mal la cohésion sociale et les solidarités ; elle accroît les inégalités et les risques de précarité.

Surmonter cette crise implique des mesures urgentes d’une autre nature que celles prises par l’État et les entreprises, pour être au service de l’emploi et des rémunérations.

Face à cette situation, le mouvement syndical dans son ensemble, et de façon unitaire, a décidé d’appeler l’ensemble des salariés, du public comme du privé, à la grève et à la manifestation pour promouvoir d’autres choix en matière sociale.

Dans ce contexte les services publics sont durement touchés et en particulier l’école qui paye un lourd tribu aux restrictions budgétaires (RASED, recrutement, maternelle, …). Et pourtant le gouvernement trouve en une nuit plusieurs milliards pour renflouer les banques qui ont été imprudentes. Cette situation n’est pas acceptable.

En tant que salariés nous ne sommes pas responsables de la crise et pourtant on veut nous la faire payer ; l’école ne doit pas être sacrifiée. Les élèves ont besoin de plus d’école pour pouvoir réussir et non d’un service public de l’éducation au rabais. L’investissement dans l’éducation est indispensable pour l’avenir de notre pays.

Le 29 janvier prochain, nous serons en grève aux côtés des autres salariés pour défendre nos droits comme tout un chacun et aussi pour la défense de l’École Républicaine comme facteur de progrès social pour tous.

Votre enfant n’aura donc pas classe ce jeudi 29 janvier.

Cordialement,

L’Enseignant(e) de votre enfant.

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.