www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : CAPD 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
11 février 2009

Carte scolaire 2009 : CTP du 9 février

Pas de décisions

Mais une certitude : 1 poste pour 210 élèves

La dotation pour le département est de 2 postes pour 419 élèves supplémentaires (+17 -11 -4 = +2).

Dans ce contexte, à l’issue du CTP du 9 février, l’Inspecteur d’Académie n’a pris aucune décision concernant les mesures de carte scolaire. Elles ne seront officialisées qu’après le CDEN du jeudi 12 février.

Pour le SNUipp, cette dotation ne permet pas une rentrée satisfaisante, c’est pourquoi ses délégués ont voté contre la carte scolaire présentée par l’Inspecteur d’Académie.

Résultat du vote :

Pour : 10 (administration) Contre : 10 (les représentants des personnels)

  Déclaration du SNUipp FSU 28

au CTP du lundi 9 février 2009

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

Nous commençons par quelques mots pour vous dire que nous sommes satisfaits du climat d’écoute, de travail et de dialogue dans la phase de préparation de ce CTP, Ce groupe de travail permet à chacun d’avoir une vue éclairée et précise de la situation du département, nous remercions à cette occasion les services. C’est une indication positive eu égard au respect du paritarisme, par ailleurs malmené. Nous allons maintenant commenter les conséquences de la politique ministérielle dans notre département, et le cadre contraint dans lesquelles elles s’exercent.

La politique gouvernementale en matière de services publics et en particulier du Service Public d’Éducation ne correspond aux attentes ni de la population, ni des enseignants que nous représentons ici. La forte participation des enseignants des écoles d’Eure-et-Loir à la grève du 29 janvier 2009, montre que notre secteur est en désaccord profond avec la politique ministérielle.

La révision générale des politiques publiques a pour premier objectif la réduction massive des moyens humains mis à disposition des services publics. Dans un contexte social et économique de plus en plus difficile et dont les conséquences pèsent négativement sur un nombre grandissant d’élèves le gouvernement a fait le choix de supprimer 3000 emplois dans les RASED et de diminuer de 3000 postes le nombre de places au CRPE à la rentrée 2009. De fait ces décisions vont accroitre les difficultés d’apprentissage des élèves les plus fragiles, leur sentiment d’échec et de culpabilité et rendre les conditions de l’exercice du métier encore complexe. C’est la rupture voulue par les plus hautes autorités, le passage d’une école dont l’ambition est d’intégrer à une école sélective qui trie socialement.

Vous nous permettrez d’avoir une vision différente de celle du ministre qui ne peut, à coup d’invectives et de circulaires rédigées à la hâte, voire de sanctions, modifier durablement la nature de nos métiers.

Aussi avec le SNUipp et la FSU, nous appelons les collègues à appliquer le principe de responsabilité et à rester fidèle au service de l’intérêt général. C’est le sens de notre appel au Boycott des évaluations CM2. Évaluations dont la remontée des résultats via l’application nationale est controversée. En effet même si le ministère a déposé une déclaration de fichier ou de traitement de données personnelles à la CNIL concernant la validité de l’anonymisation du fichier permettant la remontée des résultats des évaluations CM2 , cette dernière nous a confirmé que le récépissé nécessaire à la mise en œuvre d’un fichier ou d’un traitement n’a toujours pas été retourné au ministère, « en raison de la sensibilité du dossier » (sic). Nous vous demandons donc de suspendre la transmission des résultats afin de ne pas mettre nos collègues dans l’illégalité.

Par ailleurs nous ne croyons pas que l’aide personnalisée remplacera les RASED dont la voilure a été sérieusement réduite. De plus nous dénonçons le fait que tous les élèves aient perdu deux heures hebdomadaires d’enseignement.

Dans ce contexte général, Monsieur l’inspecteur d’académie, pour faire face à une augmentation d’effectif de 419 élèves notre département ne gagne finalement que 2 postes. Pour nous, +17 – 11 - 4 = +2. Le taux d’encadrement sera moins bon et les moyens des RASED en nette diminution puisqu’en plus des 6 moyens recentrés, 11 postes sont purement et simplement supprimés, privant des secteurs entiers de toute intervention possible. Nous notons au passage que notre département ne voit pas traduite la réduction de 50% des fermetures en RASED pourtant décidée par M. Darcos, en effet, 17/2 ça fait 8 ou 9 mais pas 11…

A ces chiffres il faut rajouter l’impossibilité que vous affichez aujourd’hui, pour nos collègues de partir en formation CAPA-SH sur toutes les options autres que D, ce qui mènerait à terme à la disparition des RASED dans notre département. Ce sont une nouvelle fois les élèves les plus en difficulté qui en subiraient les conséquences. Ces choix feront l’objet d’une discussion en CAPD.

Autres conséquences de l’étroitesse de l’enveloppe budgétaire : les 19 demandes d’ouvertures que nous avons présentées (en plus des situations déjà évoquées) et les demandes d’annulations de fermetures ne seront pas toutes suivies d’effets. De nombreuses situations réapparaîtront en septembre avec leur cohorte de déstabilisations des équipes, d’affectations à titre provisoire.

Nous regrettons aussi qu’aucun moyen de remplacement supplémentaire ne soit créé. La situation du remplacement dans notre département est une nouvelle fois mise à mal accentuée par la vacance d’une quinzaine de postes. C’est pourquoi nous vous demandons d’intervenir auprès du recteur pour recruter le nombre nécessaire de professeurs des écoles ayant réussi le concours et classés sur la liste complémentaire.

On est loin des mesures que nous continuons de revendiquer pour l’amélioration du Système Éducatif : plus de maîtres que de classes, des moyens pour la direction et le fonctionnement de l’École, la médecine scolaire, la scolarisation des élèves de – de 3 ans, …

Le gouvernement doit entendre la nécessité de revenir sur ses décisions, ce qui doit se traduire pour L’Eure-et- Loir par une dotation supérieure permettant de faire face aux besoins réels.

La mobilisation des collègues est forte. Elle se justifie d’autant plus que le contexte de crise économique et sociale et le plan dit « de relance » sont considérés par nos collègues et semble-t-il, plus largement par la population davantage comme une provocation que comme de véritables solutions. Le plan de suppressions de 13 500 emplois dans l’Éducation Nationale doit être gelé notamment pour donner à l’école les moyens favorisant la réussite de tous les élèves.


  MOTION PRÉSENTÉE PAR LA FSU 28 et l’UNSA 28,

au CTPD du 9 février 2009

Le CTPD réuni le 9 février à Chartres constate que la dotation de deux postes pour 419 élèves de plus n’est pas satisfaisante au regard de la situation de l’Eure-et-Loir.

Les 11 suppressions de postes de RASED illustrent le désengagement de l’État dans l’aide aux élèves en difficulté. Nous n’acceptons pas cette politique éducative.

Le CTPD refuse la logique du « renoncement éducatif » comme orientation pour l’école de demain. Pour la réussite de tous les élèves, il demande en urgence un collectif budgétaire pour que la rentrée 2009 puisse se faire dans de bonnes conditions pour tous les élèves.

 

198 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU.28- 3 rue Louis Blériot - 28300 CHAMPHOL

tel : 02.37.21.15.32 / Fax : 09.72.47.25.65 Email : snu28@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.

Afficher SNUipp-FSU 28 sur une carte plus grande