www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
12 février 2009

Carte scolaire : CDEN du 12 février : les mesures officielles

La dotation pour le département est de 2 postes pour 419 élèves supplémentaires (+17 -11 -4 = +2).

Dans ce contexte, à l’issue du CDEN du 12 février, l’Inspecteur d’Académie a présenté la carte scolaire suivante. Pour le SNUipp, la dotation ne permet pas une rentrée satisfaisante, c’est pourquoi ses délégués ont voté contre la carte scolaire présentée par l’Inspecteur d’Académie. (comme ceux du SE, et des représentants des parents d’élèves)

 OUVERTURES : 20

Écoles élémentaires :

  • La Loupe Roland Garros
  • St Lubin des Joncherets Le Parc
  • Vernouillet Louis Pergaud
  • Thivars
  • Voves Jean Moulin
  • Dreux F.Buisson
  • RPI Amilly/Cintray (élémentaire)
  • RPI Fontaine La Guyon/ St Aubin des Bois (élémentaire)
  • RPI Ymonville (ouverture maternelle)
  • RPI Terminiers / Guillonville (élémentaire)
  • RPI Boisville / Allonnes (maternelle)
  • RPI Rouvray St Denis
  • Leves Jules Vallain
  • RPI Faverolles

    Écoles maternelles :

  • Dreux Victor Hugo
  • Brezolles
  • Chartres Jules Ferry

    Écoles primaires :

  • Nogent le Phaye
  • Prunay le Gillon
  • Thimert Gâtelles

  FERMETURES : 8

Écoles élémentaires :

  • Chartres Georges Sand
  • Champhol (réouverture conditionnelle à la rentrée si effectif>250)
  • Chartres Gérard Philipe

Écoles maternelles :

  • Châteaudun Jean Macé
  • Bailleau le Pin
  • La Loupe (réouverture condionnelle à la rentrée)
  • Luplanté

Écoles primaires :

  • Lucé Jean Jaurès (en élémentaire)

    Autres situations surlesquelles nous sommes intervenus


  • Lucé Les Béguines (en attente des inscriptions)
  • Châteaudun Jean Macé examen de la situation au sein de l’école (recentrage du MCR sur l’école)
  • Châteaudun Curie examen de la situation au sein de l’école (recentrage du MCR sur l’école)
  • Dreux Beullac-Prévert (à surveiller)
  • Lucé Les Hayes


MESURES SPÉCIFIQUES :

  • 1 poste d’enseignant référent avec mission orientation en milieu spécialisé à ¾ temps et ¼ de temps SAPAD (avec appel à candidature et définition des missions)
  • Transfert de la CLIS de Jean Zay Lucé vers Brou
  • 1 UPI en Lycée Professionnel (Jehan de Beauce)personnel 2nd degré
  • 14 départs en stage au lieu de 16 les années passées
  • 4 nouveaux postes fléchés langues (Vernouillet Pergaud, Bailleau le Pin, Nogent le Roi Gaston Couté, Nogent le Rotrou Centre)
  • -0.25 décharge de direction Lucé Mendès France
  • 1 support informatique

Écoles d’application :

  • Perte d’une demi décharge de direction Chartres Jules Ferry

Infos Complémentaires :

  • 6 projets de fusions d’écoles (Ampère /Guéhenno, RPI Dangers/ Mittainvilliers/ Vérigny, RPI Terminiers/ Guillonville, Unverre Mat+élem, Mainvilliers Hugo/ Zola (si confirmation mairie), RPI Autheuil/Romilly sur Aigre
  • Direction unique sur l’école de Brezolles

 RASED :

SUPPRESSIONS DE 11 POSTES :

  • 7 postes G :

    • Guéhenno Chartres
    • J. Macé Châteaudun
    • Pasteur Châteaudun
    • St Exupéry Dreux
    • Semmelweis Dreux
    • Illiers Combray
    • J. Ferry Lucé


  • 4 postes E :

    • Illiers Combray
    • Buisson Dreux
    • J Moulin Voves
    • J Zay Dreux

      Nous avons à nouveau dénoncé vigoureusement cette politique qui laisse de fait des secteurs entiers sans intervention.

6 POSTES RECENTRÉS :

  • 4 postes E :

    • Bonneval (élémentaire – maternelle)
    • Dreux St Exupéry (St Exupéry – Florian la fontaine)
    • Dreux Michelet (Michelet 1 et 2 – Benjamin Rabier)
    • Vernouillet L Aragon (élémentaire – maternelle – G. Brassens)


  • 2 postes G :

    • Nogent le Rotrou P Langevin (primaire)
    • Lucé J Macé (J Macé – Les Hayes)


 Mis à Disposition : -4 postes

  • MAD IA informatique
  • ½ SAPAD + ½ Réussite éducative
  • CPD Sciences
  • 1 support stage long

Décharges de direction :

Seules les décharges totales de Hanches, Châteauneuf en Thymerais et Buisson sont pérennisées.

3,5 postes sont prévus pour les changements de structures et les décharges exceptionnelles

Vos délégués du personnel FSU : Hugues Villemade, Jean Klein, Joël Silly, Frédérique Marchand, Olivier Mimeau, Christian Guérin


Déclaration FSU 28

CDEN du lundi 12 février 2009


Déclaration FSU 28 au CDEN du 12 février 2009

Monsieur le Préfet, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, Monsieur le Président du Conseil Général, Mesdames et Messieurs les membres du CDEN

L’exceptionnelle mobilisation de l’ensemble des salariés le 29 janvier est révélatrice d’une crise profonde. Au delà des questions de salaires et d’emploi, ce mouvement était aussi porteur de revendications pour plus de Service Public synonyme d’une meilleure répartition des richesses. La prestation télévisuelle du Président de la République n’a en aucun cas répondu à nos préoccupations. C’est pourquoi nous serons de nouveau mobilisés dans l’unité le 19 mars prochain. Un plan de relance digne de ce nom passe obligatoirement par l’annulation des 13 500 suppressions d’emploi dans l’Education Nationale (ce qui représente 1 Milliard d’euros, somme infiniment moins importante que celle consacrée aux banques). Plus que jamais investissons dans l’éducation. Cet investissement-là aussi est indispensable pour l’avenir de notre pays.

La préparation de la rentrée 2009 est marquée par la fameuse « rupture » annoncée par le Président à grand renfort médiatique. En fait, l’orientation de cette politique éducative est l’accélération du désengagement de l’état au mépris de la logique du Service Public Laïque d’Education. Les valeurs d’égalité et de solidarité sont battues en brèche pour être remplacées par le chacun pour soi. Le rôle de l’école ne se limiterait qu’à la délivrance d’un socle commun (véritable SMIC culturel), sous couvert d’une notion d’égalité des chances détournée de son sens originel.

Dans ce contexte de crise économique et sociale, l’école et ses missions sont mises à rude épreuve.

Dans les écoles d’Eure-et-Loir, nous allons accueillir 419 d’élèves de plus mais la dotation départementale se limite de fait à deux postes (+17 au titre de la démographie, -11 postes de RASED, - 4 postes de mis à disposition) ce qui détériore notre PE qui est en réalité de 5,25 avec l’ensemble des moyens du département.

La fermeture de 11 postes de RASED est inacceptable. Dorénavant certaines écoles seront totalement dépourvues d’aides spécialisées pour les élèves en difficultés. Or jusqu’à présent, même si ces postes étaient vacants de façon administrative, leurs supports étaient réutilisés différemment mais toujours au service des élèves.

Dans le projet, de l’Inspecteur d’Académie, nous regrettons le manque de moyens pour ouvrir des classes (ex Beullac-Prévert à Dreux en RAR) et nous ne pouvons accepter certaines fermetures (La Loupe maternelle). Les besoins pour la direction et le fonctionnement de l’école, malgré quelques efforts, sont loin d’être couverts. Pour notre part nous considérons que toutes les écoles 13 classes devraient bénéficier d’une décharge totale et que d’autres situations particulières devraient bénéficier de décharges pérennes. Rien pour le remplacement, et pourtant la situation est récurrente et particulièrement dramatique. La volonté rectorale de ne pas recruter de personnels à la hauteur des besoins aggrave encore ces difficultés. Aujourd’hui 17 postes budgétés sont vacants dans notre département. Dans le même temps des lauréats au CRPE 2008 inscrits sur la liste complémentaire attendent d’être appelés pour occuper des postes. L’état employeur manque à tous ses devoirs en laissant 17 personnes sans emploi face à 17 postes non pourvus. C’est peut-être ça la rupture !!! Pour nous, c’est surréaliste et incompréhensible, dans une période de lutte contre le chômage.

Dans ce contexte difficile, nous tenons à rappeler que nos collègues continuent de travailler sérieusement au service des élèves dans les écoles. Nous sommes déterminés à améliorer ce qui doit l’être et nous avons des propositions à formuler pour aller dans ce sens car, contrairement à ce que déclare à l’envi notre ministre, nous ne sommes pas des inconditionnels du statu quo. Mais les mesures qu’il met en place autoritairement et le plus souvent sans concertation ne sont pas de nature à améliorer la réussite scolaire de tous. Nous demandons le retour aux 26 heures d’enseignement hebdomadaire pour tous, l’arrêt du saupoudrage des multiples dispositifs d’aides qui n’ont pas démontré leur efficacité et dont l’unique raison d’être est le camouflage de la disparition des RASED. Dernière aberration : l’évaluation des élèves de CM2 au mois de janvier sur l’ensemble des compétences de l’année scolaire et selon des modalités et des grilles de correction des plus contestables. Face à cela nous avons appelé nos collègues à ne pas faire passer ces épreuves. Il ne saurait nous être reproché une quelconque opposition au principe de l’évaluation quand celle-ci a pour objet d’aider les élèves. Depuis 1990 et la mise en place des premières évaluations CE2, nous avons fait la preuve de notre engagement. Mais nous nous refusons à nous associer à un dispositif qui tourne le dos à cet objectif.

Dans les collèges de notre département, le fait historique c’est la hausse du nombre d’élèves : + 117 élèves pour la rentrée prochaine (phénomène prévisible cf déclaration FSU de l’an passé). Depuis plus de 10 ans nous perdions des élèves et nous perdions des postes avec une explication démographique à la clé. Aujourd’hui les collèges gagnent des élèves mais continuent de perdre des postes (4 ETP). Quelle logique implacable !!!

La difficulté à enseigner dans les collèges est prégnante depuis des années. Elle est accentuée par les diminutions de moyens qui contraignent les établissements à faire des non-choix pédagogiques (nombre de classes, dédoublements, organisation du soutien). Du fait de l’augmentation des services partagés (professeur sur 2 établissements) le travail en équipe pourtant indispensable est de plus en plus difficile à réaliser.

Il semblerait que le nombre de collèges sur l’agglomération drouaise pose question. La fermeture d’un collège avant un examen minutieux de la situation ne peut être en aucun cas la réponse. La FSU 28 est disponible pour participer à cette réflexion.

Le Ratio heures supplémentaires par rapport aux heures postes frôle les 10 % : c’est inacceptable. En transformant les 2/3 des heures sup en emplois nous obtiendrions la création de 79 emplois sur les collèges de ce département. Dans le contexte de crise que nous connaissons voila une proposition qui pourrait contribuer à améliorer les choses.

La multiplication des statuts précaires au sein de la vie scolaire demeure un problème récurrent dans les établissements et ne saurait en aucun cas être une réponse aux besoins sur le long terme.

La probable création de 3 postes d’infirmières pour notre département est un signe encourageant mais totalement insuffisant au vu des besoins en terme de prévention de santé. ll faut tout de même rappeler qu’une infirmière a en charge 1800 élèves en moyenne. Profitons de l’évocation de la santé scolaire pour redire ici que les personnels Education Nationale qui sont au contact de la jeunesse dans sa grande diversité ne bénéfice d’aucune médecine du travail.

Concernant l’Inspection Académique nous déplorons le projet de suppression de 5 postes de personnels administratifs sur un total de 63 postes. Nous avons besoin de services de l’état forts pour gérer les écoles, les établissements et les personnels. C’est aussi cette bonne gestion qui permet d’avoir un service public d’éducation de qualité permettant la réussite de tous les élèves.

Dans ce contexte difficile, nous tenons aussi à rappeler le rôle indispensable des associations complémentaires de l’école (Ligue de l’enseignement, PEP, JPA, OCCE, FRANCAS, CEMEA, GFEN ….) sur les plans culturel, sportif, coopératif et pédagogique. La politique ministérielle qui consiste à affaiblir ces associations « amies de l’École Laïque » en supprimant des postes « mis à disposition » ou en réduisant les subventions. Ceci pénalise une fois de plus les populations les plus fragiles, restreint toujours davantage les missions de l’École et renforce la solitude du métier d’enseignant.

Face à cette situation, nous ne sommes pas résignés et nous continuerons à nous battre pour faire avancer nos revendications légitimes par tous les moyens y compris par la grève qui est un droit constitutionnel mis à mal par l’institution du SMA (service minimum d’accueil). Nous avons d’ailleurs demandé que soit mise à l’ordre du jour du CDEN une clarification du droit de grève face à des communes qui sortent de leurs prérogatives dans ce domaine.

En conclusion, nous emprunterons à Jean Jaurès pour qualifier l’état d’esprit qui nous anime en cette période :

« Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir ».

 Résultats des VOTES

Carte Scolaire :

Pour 2

Abstention 2

Contre 15

Voeu Budget (voir pièce jointe) :

Pour 17

Contre 0

Abstention 2

Voeu Liste complémentaire CRPE (voir pièce jointe) :

Pour 17

Contre 0

Abstention 2

 

280 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU.28- 3 rue Louis Blériot - 28300 CHAMPHOL

tel : 02.37.21.15.32 / Fax : 09.72.47.25.65 Email : snu28@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.

Afficher SNUipp-FSU 28 sur une carte plus grande