www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
10 mars 2009

Grève du 19 mars : APPEL des organisations CFDT-CFTC-CFE/CGC-CGT-FSU-FO-UNSA

À une journée de grève dans le département et de manifestation le

JEUDI 19 MARS

10h30

Place de la République (Préfecture) Chartres

Tous ensemble privé / public

La crise c’est pas nous, nous ne la paierons plus


Après les fortes mobilisations du 29 janvier 2009, il est essentiel de maintenir un rapport de force très important pour imposer nos revendications.

Après l’intervention de Nicolas Sarkozy du 5 février et la rencontre des organisations syndicales du 18 février dernier avec le gouvernement, à leurs sorties, les organisations syndicales déclaraient, ce n’est pas suffisant.

Ni ce dernier, ni le Medef, ne veulent entendre les revendications et la colère qui s’est exprimée le 29 janvier.

Aucune des revendications de la déclaration commune des organisations syndicales du 5 janvier n’ont été entendues, notamment :

-défendre l’emploi privé et public ;

-lutter contre la précarité et les déréglementations économiques et sociales ;

- exiger des politiques de rémunération qui assurent le maintien du pouvoir d’achat des salariés, des chômeurs et des retraités et réduisent les inégalités ;

- défendre le cadre collectif et solidaire de la protection sociale, des services publics de qualité.

- Préserver et améliorer les garanties collectives.

Suite aux refus catégoriques du président de la République sur :

L’arrêt des licenciements, l’utilisation abusive des mises en chômage partiel, le maintien de l’emploi, l’augmentation des salaires, du SMIC, des pensions et des minima sociaux, l’arrêt des suppressions de postes dans la fonction publique…..

La seule réponse du gouvernement est d’avancer des broutilles aux salariés et de continuer à déverser des milliards aux sociétés faisant des profits colossaux, comme dans l’automobile, et aux banques. Il doit retirer la proposition de loi Pécresse sur les universités, la loi Bachelot sur l’hôpital, la RGPP pour la fonction publique. Et revoir sa décision unilatérale de porter le départ en retraite à 65 voire 70 ans. Pour ne citer que ces quelques exemples

Cette crise, n’est pas uniquement une crise du système bancaire et financier, mais une crise d’un certain mode de développement où les activités économiques se sont éloignées de leurs finalités sociales, ayant des répercutions graves dans notre département. Par la mises au chômage technique des milliers de salariés dans bon nombre d’entreprises et pour beaucoup d’entres elles, abusant de cette situation pour licencier, fermer des sites. Comme chez BMS SQUIB, LISI Cosmétique, Européenne de l’automobile, européenne, Philips, OUEST-INJECTION…….

Lorsqu’on demande à la Préfecture le nombre d’entreprises qui traversent ces situations, on nous répond :« ce n’est pas votre problème ». Des réponses que nous n’acceptons pas.

C’est le cas également dans les services publiques de santé, à la SNCF, la Poste ou dans l’éducation. Alors que le département aura des élèves supplémentaires pour la rentrée 2009, c’est l’équivalent de 50 emplois qui seraient supprimés. Nous ne pouvons pas l’accepter !!!

De plus dans les écoles, 15 postes budgétaires sont vacants et dans le même temps des lauréats au concours 2008 classés sur la liste complémentaire attendent d’être appelés. Quel gâchis !!! 15 jeunes pourraient avoir un emploi stable immédiatement.

Dans les collèges 10% des heures d’enseignements sont prévues sur des heures supplémentaires,la transformation de2/3 de ces heuresenpostes créerait80 emplois sur les 40 collèges.

Pour lutter contre le chômage, de façon urgente, nous proposons que l’état puisse créer ces postes et recruter à la hauteur des besoins, ainsic’est près d’une centaine de personnes qui se verrait avoir un emploi stable. Puis nous demandons des négociations pour répondre à tous les besoins éducatifs du département.

C’est intolérable et inadmissible.

Nous exprimons notre solidarité et notre soutien aux salariés des DOM et à leurs organisations syndicales et appelons gouvernement et patronat à répondre positivement aux revendications posées.

C’est pour toutes ces raisons que les organisations syndicales départementales ont décidé de travailler ensemble dès maintenant afin de créer les conditions d’une mobilisation plus importante, seules solutions pour gagner sur nos revendications.

Il est prévu également un rassemblement devant le Medef le 9, qui a une très grande part de responsabilité dans cette situation. Créons tous ensemble les conditions d’une mobilisation le 19 mars, plus importante encore que le 29 janvier.

Joignez vous à elles pour des distributions de cette déclaration commune les 10, 12, 17 mars.

C’est à ce stade, l’occasion pour obtenir des avancées sociales qui répondent aux besoins de la population.

Chartres le 25 février 2009

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.