www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
14 mai 2009

26 mai : MOBILISÉS POUR DU CONCRET !!!

(FSU, CGT, CFE-CGC, UNSA, CFTC, CFDT)
Le gouvernement doit enfin répondre aux légitimes revendications des salariés ! Dans cet esprit, l’ensemble des organisations syndicales a décidé d’appeler à une nouvelle journée d’action le 26 mai. En Eure-et-Loir, nous appelons tous les salariés, demandeurs d’emploi et retraités à venir à la manifestation départementale et à utiliser tous les moyens : grève, arrêt de travail, débrayage, pour faire entrer en application les mesures suivantes :

1) Donner la priorité au maintien des emplois dans un contexte de crise économique

  • Dans la Fonction Publique, annulation des 30 000 suppressions de postes.
  • Droit de veto des salariés à travers les représentants du personnel dans les entreprises du privé sur les licenciements, une véritable politique industrielle, l’arrêt des délocalisations, des fermetures de sites et du recours massif au chômage partiel.


2) Des Politiques salariales : améliorer le pouvoir d’achat, réduire les inégalités


Les exigences des actionnaires ont conduit, dans beaucoup d’entreprises, à l’accroissement des inégalités. Elles se sont traduites par une redistribution des richesses privilégiant le versement de dividendes au détriment des salaires et de l’investissement, fragilisant les salariés et menaçant la survie, à long terme, des entreprises.

Contre ces dégradations nous demandons que :

  • Partout, les négociations salariales assurent une hausse du pouvoir d’achat des salariés.
  • Les allégements de cotisations sociales soient conditionnés à la conclusion d’accords salariaux.
  • Le bouclier fiscal et de la défiscalisation des « heures supplémentaires » soient abrogés.


3) Orienter la relance économique vers l’emploi et le pouvoir d’achat,


Il est de la responsabilité de l’État et de l’Union Européenne de décider de politiques d’intervention publique coordonnées favorisant une relance économique. Celles-ci doivent viser à la fois :

  • Une relance par la consommation en améliorant le pouvoir d’achat de tous.
  • Une politique de développement du logement social à la hauteur des besoins.
  • Une protection sociale (santé, retraite…) dans un cadre collectif et solidaire.
  • Des investissements ciblés, d’équipements publics et de services publics, en favorisant la recherche, le développement, l’éducation et la formation.
  • Toute aide accordée à une entreprise doit faire l’objet de contreparties notamment en matière d’emploi.

4) Préserver et améliorer les garanties collectives


Les conditions de vie et de travail pour les salariés des secteurs privé et public, passent par l’amélioration du cadre collectif. C’est pourquoi il faut :

  • Abroger les dispositifs législatifs qui ont conduit à remettre en cause la réduction du temps de travail.
  • Retirer la proposition de loi sur le travail du dimanche, Respecter le code du travail et le renforcer.
  • Relancer les Services Publics et mettre fin à la révision (on pourrait dire régression) générale des politiques publiques (RGPP) initié par le gouvernement. Dans ce sens, nous demandons notamment l’abrogation de la loi « Hôpital, Patient, Santé, Territoire".


5) Réglementer la sphère financière internationale

Cette réglementation doit mettre un terme à la spéculation, aux paradis fiscaux, à l’opacité du système financier international et encadrer les mouvements de capitaux.

 MARDI 26 MAI

Manifestation Départementale
15 H 30
ZI Géllainville (route d’Orléans 300 m de la rocade)

La manifestation se déroulera dans la zone industrielle proche du MEDEF et sur la rocade.



http://28.snuipp.fr/spip.php?article714


 Les modalités

À noter : la grève du 26 mai étant interprofessionnelle, les personnels territoriaux peuvent y participer.

Nouvelle procédure :
Dans le premier degré (écoles maternelles et élémentaires), les nouvelles dispositions mises en place, malgré la contestation de toutes les organisations syndicales et les oppositions des associations de maires, s’appliquent depuis la parution de la circulaire 2008-111 du 26 août 2008, au BOEN du 4 septembre 2008.
L’objectif est clair : réduire le droit de grève et limiter de fait la participation des personnels des écoles à tout mouvement.

Déclaration d’INTENTION de faire grève :
Chaque collègue qui ENVISAGE de participer à un mouvement de grève doit le faire savoir, individuellement, 48 heures avant à son IEN.
Cette déclaration ne conduira à aucun retrait de salaire et ne fera pas l’objet d’un relevé nominatif.
De la même manière, elle n’oblige en rien à participer effectivement à la grève.
Seul le pointage individuel réalisé par l’IA après la grève, amènera l’administration à procéder à un retrait de salaire pour service non fait.
La seule fonction de cette déclaration préalable est d’activer, auprès des maires, par l’IEN , la procédure d’accueil par du personnel communal, si au moins ¼ des collègues de l’école envisage de cesser le travail.

Comment entendre les 48 heures ?
Ces 48 heures doivent comprendre au moins 1 jour ouvré.
Pour une grève le mardi, cette déclaration doit arriver au plus tard le vendredi soir.

Sous quelle forme ?
Elle doit impérativement être individuelle et écrite :
Toutes les formes sont recevables : courrier, fax ou mail, pourvu que cela soit reçu au plus tard le vendredi soir pour un mardi, comme le 26 mai par exemple.

Quelles conséquences ?
Pour les enseignant(e)s « simplement » une procédure administrative supplémentaire.
Pour les IEN, faire le décompte par école (et seulement le décompte) des enseignants potentiellement en grève et éventuellement demander au maire de la commune de mettre en place un système d’accueil.
Ce n’est pas au directeur de faire cette démarche.
Pour le reste, rien ne change. Nous prévenons les familles, comme nous l’avons toujours fait.

Et moi ?

J’envisage de faire grève le mardi 26 mai. J’envoie ma déclaration d’intention préalable pour qu’elle arrive au plus tard le vendredi 22 au soir. Je suis en grève. Je ne réponds pas à l’enquête habituelle de l’IA qui suivra.

J’envisage de faire grève le mardi 26 mai. J’envoie ma déclaration d’intention préalable pour qu’elle arrive au plus tard le vendredi 22 au soir. Je décide finalement de ne pas participer au mouvement de grève. Je réponds donc à l’enquête habituelle de l’IA que j’ai assuré mon service, je ne ferai donc pas l’objet d’un retrait de salaire.

Je n’envisage pas de faire grève… Rien à faire avant la grève, par contre, comme toujours, je réponds à l’enquête habituelle de l’IA que j’ai assuré mon service et ne ferai l’objet d’aucun retrait de salaire.

Grève du 26 mai : état des grévistes de l’école

Remplissez l’enquête en ligne : http://28.snuipp.fr/greve.html

En pièces jointes et dans le prochain bulletin : Déclaration d’intention

 

Modèle de lettre aux parents :

Chers parents,

Nous sommes attachés à faire réussir tous les élèves qui nous sont confiés. Nous avions, dès la rentrée des classes, attiré votre attention sur des décisions qui mettent à mal cet objectif.

Les parents d’élèves démontrent régulièrement avec les enseignants leur attachement à une école de la réussite. Vous nous avez soutenus lors des journées de grève du 29 janvier et 19 mars dernier, massivement suivie par les enseignants.

Alors qu’un sondage récent fait état que 7 français sur 10 pensent qu’il faudrait augmenter le nombre d’enseignants, le gouvernement persiste dans le mépris et maintient la suppression de 13 500 postes à la rentrée prochaine dont 6 000 professeurs d’école alors que 16 400 élèves supplémentaires sont attendus. Les opérations de carte scolaire dans les départements confirment la nécessité d’un tout autre budget.

Les mesures et les décisions gouvernementales tournent le dos à l’école de la réussite de tous et constituent un véritable démantèlement du service public d’éducation.

Nous exigeons un autre budget qui permette de faire face à la hausse des effectifs, au maintien des réseaux d’aides (RASED), à la reconnaissance du rôle essentiel de l’école maternelle, à une prise en charge digne de ce nom pour les élèves en situation de handicap. Nous exigeons respect et dignité pour l’école publique, les élèves et les enseignants !

La crise que nous traversons ne doit pas conduire à réduire l’investissement en matière éducative, ni à sacrifier l’emploi dans le privé comme dans le public, ni à creuser les inégalités en terme de rémunération. Bien au contraire !

C’est la raison pour laquelle nous serons en grève le mardi 26 mai.

Nous comptons sur votre compréhension et votre soutien pour défendre et construire ensemble l’école dont nos enfants ont besoin.

Cordialement.

 

174 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU.28- 3 rue Louis Blériot - 28300 CHAMPHOL

tel : 02.37.21.15.32 / Fax : 09.72.47.25.65 Email : snu28@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.

Afficher SNUipp-FSU 28 sur une carte plus grande