www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : CAPD  / Résultats 2009-2010 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
7 septembre 2009

CTP du 7 septembre

En ouverture de ce CTP, donnant suite au Groupe de Travail de vendredi, nous avons fait une déclaration (que vous trouverez en fin de page). L’IA n’a pas fait de commentaire.

Le travail mené par les délégués du SNUipp depuis des semaines et en particulier ces derniers jours en collaboration avec les enseignants, les parents et les élus, a permis d’élargir le nombre d’ouvertures de classes prononcées à cette rentrée.

Détail des mesures de rentrée prononcées par l’Inspecteur d’Académie

Ouvertures de classes :

  • Châteauneuf en Thymerais - Maternelle
  • Dreux - Maternelle Clos Maillard
  • Dreux - Élémentaire Ferdinand Buisson -
  • Dreux - Maternelle Florian La Fontaine –
  • RPI Dangers-Mittainvilliers-Vérigny
  • Lucé - Maternelle Les Béguines
  • Abondant - Maternelle
  • RPI Alluyes – Montboissier - Trizay
  • Voves – Maternelle

Ouvertures de postes :

  • ½ CPC Chartres 6 maternelle (avec appel à candidature)
  • ¾ de décharges de direction liées au changement de structure
  • ¼ exceptionnel Dreux - Élémentaire Godeau
  • ¼ exceptionnel Dreux - Élémentaire Gambetta
  • 3 TR BD

Suppressions de postes :

  • Poste « Politique de la ville et accueil des primo-arrivants »
  • 2 remplacements stages longs

Transferts :

  • De Nogent le Roi - Maternelle Charles Péguy vers Nogent le Roi - Élémentaire Gaston Couté
  • De Francourville – Maternelle vers Sours - Élémentaire

Situations non satisfaites :

  • Aunay sous Crécy - Primaire
  • La Loupe - Maternelle
  • Lucé - Maternelle Les Hayes
  • Luisant – St Exupéry
  • Lèves - Élémentaire
  • Chartres - Maternelle Annie Fournier
  • Vernouillet - Élémentaire G. Philippe
  • RPI Broué Germainville Serville
  • Chaudon - Primaire
  • Brou - Maternelle
  • Bonneval -Maternelle
  • Morancez - Élémentaire

Le travail de carte scolaire en deux temps (groupe de travail, délégations d’écoles et CTP), que le SNUipp a initié il y a de nombreuses années, est pérennisé avec le nouvel Inspecteur d’Académie. Il permet un travail serein et transparent, d’échange d’informations et d’analyses de chacune des situations : certains éléments apportés par les délégués du SNUipp ont été pris en compte par l’IA pour le CTP.

Malgré tout, nous ne pouvons nous en satisfaire : certaines écoles n’ont pas obtenu l’ouverture nécessaire à leur bon fonctionnement et resteront dans une situation difficile pour cette année.

Seules 4 ouvertures se sont faites sur de vrais moyens de rentrée. Toutes les autres sont créées au détriment de postes non pourvus (RASED, Formation Continue, postes spécifiques…). Nous savions que compte tenu des 11200 suppressions de postes, l’IA ne pourrait pas faire de miracle, mais nous assistons à un nouveau mauvais coup porté à la profession : les transferts de postes* (2 pour cette année, mais combien pour l’année prochaine !?)

Dès les opérations de carte du printemps dernier, nous avions fait savoir que la dotation était insuffisante. Les faits nous ont donné raison.

Nous n’oublions pas les fermetures des 8 postes de RASED, les 4 postes en moins au titre des MAD, la dégradation de l’exercice de notre profession dans le département, c’est pourquoi les délégués du personnel du SNUipp ont voté contre les conditions de rentrée.

Détail du vote : contre= 6 (SNUipp) ; abstention = 4 (3 SE, 1 SGEN) ; pour = 10 (administration)

*Transfert : recul pour les écoles et la gestion des personnels.
Cette opération permet de gérer la pénurie des moyens. Elle consiste à déplacer autoritairement pour une année des collègues le jour de la prérentrée. Ces collègues doivent abandonner leur classe, leur équipe, leurs élèves, leur environnement(obtenu lors du mouvement) pour une nouvelle école.

Concrètement ces collègues restent titulaires de leur poste d’origine et sont en situation administrative de « délégation rectorale ».

Le projet initial de l’IA était de 3 transferts. Il n’en fait que deux suite à nos interventions.

Nous avons réaffirmé que nous étions totalement opposés à ce genre d’opérations et demandé de ne plus y avoir recours à l’avenir. L’IA déclare être en total désaccord avec nous et il se réserve la possibilité de le refaire.

Collectivement nous devons combattre ce qui constitue de fait des fermetures de rentrée.

 Autres points abordés lors du CTP :

Calendrier scolaire et vendredi de l’ascension

Nous avons demandé une décision rapide pour que toutes les écoles du département aient un calendrier identique. L’IA nous a répondu qu’il faisait une demande au recteur en ce sens avec une proposition de récupération sur 2 mercredis matins identiques pour tous. Nous lui avons suggéré que la récupération se fasse sur un seul mercredi (le 12 mai).

Certains départements ont déjà acté un fonctionnement identique. Affaire à suivre…

État des lieux des emplois précaires

Nous avons protesté contre le nouveau dispositif ministériel, qui externalise les AVS auprès d’associations. Nous avons réaffirmé le besoin d’emploi statutaire pour tous ces personnels.

Plan École Numérique Rurale

  • 73 demandes d’écoles pour 47 dotations (communes de moins de 2000 hbts)
  • 19 sites sont déjà équipés
  • 25 devraient l’être avant le 31 décembre.

La fracture numérique ne doit pas être accrue dans notre département déjà très contrasté.

Vos délégués du personnel : Hugues Villemade, Sandrine Péricat, Bruno Baire, Joël Silly, Sylvie Jolivet, Jean-Christophe Rétho


 DÉCLARATION DU SNUipp-FSU 28CTP DU 7 SEPTEMBRE 2009

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

En Eure-et-Loir comme partout, le service public d’éducation a besoin de postes pour assurer toutes ses missions !

Nous exigeons la création de postes budgétaires à la hauteur des besoins !

Les réductions massives de postes ont de graves conséquences pour les élèves et les enseignants :

  • dégradation du taux d’encadrement,
  • non remplacement des collègues absents, et dégradation des conditions de remplacements (remplacements morcelés, déplacements de TR…),
  • impossibilité de quitter le département pour de nombreux collègues,
  • gestion à flux tendus de la carte scolaire, dans un contexte de mobilité des familles, qui amène à des fermetures de rentrée qui fragilisent l’École,
  • effectifs trop importants en maternelle et recul de la scolarisation des moins de trois ans faute d’investissement nécessaire,
  • fragilisation des RASED accentuée par le renoncement de la formation des personnels,
  • appauvrissement des partenaires de l’école (donc de l’offre éducative) avec la suppression des postes de détachés et de mis à disposition.

Le chiffre est tombé : le budget 2010 devra acter la suppression de 34 000 emplois de fonctionnaires. Pour l’Education nationale cela fera 16 400 postes de moins ! Un triste record qui risque d’être une nouvelle fois battu lors de la compétition 2011. Cette ponction pour 2010 interviendrait dans une situation de poussée de la démographie scolaire.

Qui va encore faire les frais de cette réduction massive des postes dans le premier degré ? La scolarisation des 2-3 ans à n’en pas douter, mais aussi l’ensemble des supports d’emplois censés assurer la réussite de tous les élèves. Il ne faut pas rajouter à la crise économique et sociale celle de l’Éducation. Tout le monde, et notre nouveau ministre lui-même, s’accorde à reconnaître l’importance de l’Education dans le contexte actuel. Comment peut-on penser que des réductions massives d’emplois vont nous permettre de faire face à cette ambition et d’améliorer l’éducation, l’instruction et la formation de nos élèves.

L’avalanche de réformes non concertées qui nous est tombée dessus depuis un peu plus d’un an a ajouté à cette exaspération. L’aide personnalisée qui a servi d’argumentaire pour justifier la suppression de 8 postes de RASED, les évaluations CM2 et aussi celles de CE1 rejetées, dans leur forme et dans leur calendrier, par une grande partie de la profession, le SMA, les nouveaux programmes, les stages de vacances, la fin des IUFM, la mastérisation du diplôme d’enseignant, les attaques du droit syndical, le tout saupoudré d’heures supplémentaires et de suppressions de postes, c’est toute l’architecture de l’école qui est ébranlée.

Donnons à l’École les moyens de ses ambitions !

Répondre collectivement s’impose !

A cela s’ajoute l’inquiétude partagée par nos collègues avec tant d’autres salariés du public comme du privé d’être les victimes d’une crise financière dont ils ne sont pas les auteurs.

Le SNUipp-FSU, demande à l’occasion du CTPD :

  • la création de postes budgétaires pour L’Eure-et-Loir, dont certains doivent permettre le remplacement des emplois précaires par la création de nouveaux emplois stables et statutaires
  • les ouvertures de classes nécessaires dès maintenant et aucune fermeture de classe en cette rentrée scolaire
  • l’augmentation du nombre de remplaçants
  • l’augmentation du nombre d’exeat

 

430 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU.28- 3 rue Louis Blériot - 28300 CHAMPHOL

tel : 02.37.21.15.32 / Fax : 09.72.47.25.65 Email : snu28@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.

Afficher SNUipp-FSU 28 sur une carte plus grande