www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
8 janvier 2010

Évaluations CM2 : exigeons autre chose

Retrouvez l’analyse (sur les évaluations et sur la prime) et les consignes du SNUipp. Évaluations : plan d’action du SNUipp

 

Pour tenir compte des divers éléments du bilan de l’an dernier, dont la demande d’une consigne nationale, nous avons proposé dans un premier temps, de rechercher un cadre unitaire pour intervenir auprès du ministère pour obtenir la suspension et la remise à plat du dispositif d’évaluation, de donner la possibilité à chaque enseignant de participer à cette action « évaluations », de proposer une consigne unitaire aux enseignants des écoles comme l’an dernier.

Le SE et le SGEN ont été d’accord pour s’adresser au ministère mais ne souhaitent pas s’engager au delà. Le SNUipp prend ses responsabilités :

En conséquence nous vous proposons d’adopter le plan d’actions suivant :
-lettre unitaire au ministre (à télécharger ici) ;
-intégration dans le préavis de grève du 21 janvier de la demande de suspension et la mise à plat du dispositif d’évaluation ;
-proposition d’une motion du conseil des maîtres ;
-lettre aux parents ;
-signature d’une carte de voeux dans le cadre de la grève et de la manifestation nationale intégrant la demande de suspension et de remise à plat du dispositif d’évaluation pour permettre la mise place d’évaluations qui aident les élèves et les enseignants (à télécharger ici et envoyée avec le prochain “Fenêtre sur Cours”) ;
-établissement d’un power-point actualisé (le ministère a annoncé que le plus que parfait et la division par un décimal étaient retirés, que le codage permettait la non réponse) (à venir prochainement).

Consigne nationale (*) :
-Ne pas faire passer d’exercices correspondant à des notions non étudiées depuis le début de l’année ;
-Ne rendre compte des résultats des évaluations qu’aux élèves et aux parents de la classe concernée ;
-Le SNUipp refuse toute publication des résultats école par école. Il met à disposition un outil informatique pour ne transmettre que les résultats des écoles anonymés.

(*) Transparence : Nous avons obtenu le versement de la prime en 2008/2009 pour les enseignants ayant appliqué la consigne syndicale.A ce jour, le ministère nous a annoncé qu’il ne verserait pas cette année la prime pour les enseignants qui ne transmettraient pas les résultats par l’application ministérielle. A suivre.


  A propos de la prime : la position du SNUipp

Et voici que, début novembre, plutôt qu’une revalorisation des salaires des enseignants, M.Chatel annonce qu’il octroiera une prime de 400 euros aux maîtres qui feront passer les évaluations nationales au CE1 et au CM2.

C’en est trop ! C’est maintenant notre dignité qui est bafouée ! Depuis toujours, nous assumons la passation d’épreuves d’évaluation, la correction et l’analyse des résultats, sans penser à demander une rémunération spéciale, car l’évaluation des apprentissages de nos élèves fait partie de nos missions.

De plus, quand il s’agit d’évaluations nationales, le plus souvent nous faisons la correction et l’analyse collectivement (en dehors des heures de classe), car les résultats à un niveau donné d’enseignement concernent toute l’équipe des maîtres, en amont et en aval.

Alors, pourquoi cette prime, telles des cacahuètes jetées à des singes ? M.Chatel anticipe-t-il des résistances du fait que ces épreuves, entourées du plus grand secret, sont annoncées comme très difficiles par le ministère et qu’elles feront apparaître une énorme proportion d’élèves en grande difficulté, sans rapport avec la réalité ? Redoute-t-il que ces épreuves mettent plus nettement en évidence la malfaisance des programmes 2008 ?

Craint-il que la profession y voie une rupture avec les exigences du Socle commun de connaissances et de compétences, conçu à partir des programmes de 2002, et qui est toujours en vigueur ? A-t-il peur que nous refusions de faire passer les épreuves et veut-il acheter notre soumission ?

Parie-t-il sur les difficultés financières des enseignants pour les opposer les uns aux autres et diviser les équipes d’écoles ?

Cette prime est une atteinte à notre dignité, qui met à mal le travail d’équipe, ignore le fonctionnement réel des écoles et apparaît comme une façon perverse de consacrer la dégradation de notre pouvoir d’achat.

Nous ne pouvons plus continuer à subir cette politique scolaire fondée sur la concurrence entre les élèves, entre les familles, entre les écoles et entre les maîtres. Elle est contraire à l’idéal de citoyens responsables et solidaires qui fonde notre école.

Nous ne supportons plus de travailler avec une administration qui pense pouvoir nous mener à la carotte et au bâton. Si c’est le modèle éducatif de notre ministre, ce n’est pas le nôtre, ni celui de l’école laïque et républicaine.

Nous voulons rester dignes de notre mission d’éducateur. Nous demandons que cessent la brutalité, la méfiance et le mépris.


  ANALYSE du SNUipp : ne pas tromper les élèves et leurs parents !

En 2010 il y aura quelques aménagements de forme :
-au niveau de la codification des réponses qui avait été réduite à “juste ou faux”, “0 ou 1”, un code 9 sera ajouté pour la non réponse.
-seront retirés 2 items sur des compétences de fin de CM2 ( plus que parfait et division par un décimal) alors que la passation des evas avaient eu lieu en janvier.

En fait la colonne vertébrale n’est pas changée :

-le calendrier reste le même et les enseignants sont destinataires des livrets moins d’une semaine avant la passation, ce qui ne leur permet pas d’intégrer cet outil dans la conception de la classe, mais les place en situation de simple“exécution de tâches”.
-certains exercices ne sont toujours pas appropriés à la période de l’année et au niveau des élèves ; ceci ajouté au mode de correction binaire, cela place certains élèves artificiellement en situation d’échec.
-les outils d’aide à la remédiation qui existaient pour les anciennes évaluations CE2 ne sont toujours pas rétablis.
-dons clairement, l’objectif de ces évas n’est pas d’aider les élèves mais de les mettre en concurrence pour détecter les “talents” ou, à défaut ceux qui auraient du “mérite parce qu’ils travailleraient plus”.
-l’objectif est aussi l’évaluation des enseignants au mérite sur la base des résultats de leurs élèves.
-le protocole d’évaluation doit être mis en perspective avec le choix du traitement de la difficulté scolaire hors temps scolaire ( les stages de remise à niveau ou l’aide personnalisée)… qui a conduit le ministère à justifier la suppression de postes de RASED et à renoncer à ce qui, pour nous, permet de réduire les inégalités.
-le protocole renvoie aux nouvelles missions des IEN. L’inspection doit désormais permettre de “détecter les talents et de les promouvoir”, de “vérifier l’application des réformes et de mesurer l’efficacité de l’enseignement dispensé en fonction des acquis des résultats des élèves”.
-il nous alerte sur le pilotage par les résultats ( cf. les dérives aux USA et en Grande Bretagne conduisant, par exemple, les professeurs à enseigner pour le test) et sur le risque de mise en concurrence des écoles.

En conclusion, ce que nous voulons, c’est que des évaluations débouchent sur les moyens d’aider vraiment et efficacement les élèves qui rencontrent des difficultés : donc, sur le temps de classe identique pour tous ; avec du temps de concertation pour réfléchir ; avec des RASED complets et plus nombreux ; avec des outils d’aide et une formation digne de ce nom.

 

183 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU.28- 3 rue Louis Blériot - 28300 CHAMPHOL

tel : 02.37.21.15.32 / Fax : 09.72.47.25.65 Email : snu28@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.

Afficher SNUipp-FSU 28 sur une carte plus grande