www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
26 janvier 2010

CTP Carte scolaire 26 janvier 2010
Une mauvaise rentrée en perspective

En Eure-et-Loir on assiste à un véritable tour de passe-passe.

La dotation affichée de 23 postes cache grossièrement une réalité bien différente :

la réforme de la formation des maîtres oblige dès à présent à affecter 15 postes pour les décharges de direction des écoles à 4 classes afin de compenser la suppression des stages filés des PE2. Nous ne sommes plus qu’à +8 postes.

Ajoutons à cela les 9 postes de RASED que le département doit encore au ministère, nous voilà à -1.

Comment continuer à se féliciter d’une dotation de + 23 postes quand il faut dès à présent effectuer 31 fermetures de classes (3 en attente) pour n’en ouvrir que 24.

Concrètement il y aura à la rentrée 280 élèves de plus mais 7 classes en moins.

Après avoir réalisé des économies en fermant des postes de mis à disposition, des postes de RASED, une partie des postes surnuméraires, en amputant de 80% l’accueil des moins de trois ans en une décennie, le ministère de l’Éducation Nationale poursuit dans cette logique en supprimant l’année de PE2.

Il y aura donc une centaine d’emplois rémunérés en moins en Eure-et-Loir.

  Projet de carte de l’IA, les mesures seront officialisées au CDEN


  24 Ouvertures :

  • Vernouillet G Philipe Élémentaire
  • Le Coudray J. Verne Élémentaire
  • Nogent le Roi G. Couté Élémentaire (mesure rentrée 2009)
  • Chérisy Élémentaire
  • Sours Élémentaire (mesure rentrée 2009)
  • Châteaudun PM Curie Élémentaire
  • Chateaudun J. Macé Élémentaire
  • Dreux Prévert-Beullac Élémentaire
  • RP Combres-Happonvilliers-Montigny le Chartif-Nonvilliers Grandhoux (élémentaire à Combres)
  • RP Magny-Marcheville (élémentaire)
  • Mignières (maternelle)
  • Aunay sous Crécy (élémentaire)
  • Chartres le Grand Jardin (élémentaire)
  • Le Gault saint Denis (maternelle)
  • Dangeau (élémentaire)
  • Saulnières
  • La loupe Maternelle
  • Bonneval Maternelle
  • Dreux L. Michel
  • Morancez Élémentaire
  • Sainte Gemme Moronval
  • Thiron Gardais Élémentaire
  • Baudreville
  • Châtillon en dunois si 82 élèves

  26 Fermetures :

  • Bailleau le Pin Élémentaire
  • Saint Symphorien le Château Élémentaire
  • Lucé Mendès France Élémentaire
  • Toury Élémentaire
  • Chartres J. Prévert Élémentaire
  • Barjouville Élémentaire
  • Saint Lubin des Joncherets Élémentaire
  • Saint Prest Élémentaire
  • Saint Georges sur Eure Élémentaire
  • Janville Élémentaire
  • Chartres J. Ferry Élémentaire
  • Dreux Clos Maillard Maternelle
  • Châteaudun J. Prévert Maternelle
  • Châteaudun P. Brossolette Maternelle
  • Nogent Le Roi Ch. Péguy Maternelle (mesure de rentrée)
  • Thiron Gardais Maternelle
  • Tréon Maternelle
  • Oysonville-Chatenay (élémentaire)
  • Luray (maternelle)
  • J. Verne St Luperce (élémentaire)
  • Vers les Chartres (élémentaire)
  • Saint Piat (élémentaire)
  • Bû (élémentaire)
  • Francourville-Houville-Saint Léger des Aubées (maternelle mesure de rentrée)
  • Argenvilliers-Beaumont les Autels-Luigny (élémentaire Luigny)
  • Broue-Germainville-Serville (élementaire)

  Mesures particulières

2 Fermetures :

  • Champhol La Mihoue Élémentaire : fermeture à ce jour et réouverture de rentrée (si 240 élèves)
  • Lucé M. Violette Maternelle : fermeture à ce jour et réouverture de rentrée (si 170 élèves)
  • Nogent le Rotrou Plateau Maternelle : maintient du poste à ce jour et fermeture à la rentrée (si 90 élèves)

  Mesures en attente d’informations supplémentaires d’ici le CDEN

  • Dreux M. Berthelot Maternelle (ouverture si fermeture en élémentaire)
  • Dreux M. Berthelot Élémentaire (maintien du poste si pas d’ouverture en maternelle)

Fermetures

  • Chartres Rechèvres Élémentaire (effectifs à préciser)
  • Dreux Semmelweis Maternelle (mode de comptage des effectifs de la classe passerelle à préciser)
  • Bailleau l’Evêque (élémentaire) (difficultés liées à la répartition pédagogique)

  Situations à surveiller

  • Lucé J. Macé
  • Lèves J. Vallain
  • Le Thieulin
  • Blévy-Maillebois
  • Bérou la Mulotière
  • Dreux Gambetta
  • Fontaine la Guyon –St Aubin des Bois
  • Chaudon
  • Dreux Mendès France
  • Dreux Saint Martin
  • Dreux Godeau
  • Tremblay les Villages

  Mesures spécifiques :

  • 3 postes d’enseignants référents supplémentaires. Nous considérons que ces ouvertures sont nécessaires au vu des besoins et que les postes doivent paraitre pour le 1er mouvement des personnels. L’IA en prend l’engagement.
  • CLIS. Pour nous, il faudra à l’avenir réfléchir sur le nombre de CLIS (32 à ce jour et elles scolarisent 301 élèves) dans l’avenir des créations seront sans doute à faire. Nous avons demandé à participer à un groupe de travail à ce sujet.
  • UPI : 3 postes sur des moyens 1erdegré dont les implantations restent à déterminer ? Habituellement les UPI sont créées sur des supports second degré car elles scolarisent des élèves d’âges de collèges ou de lycées. Cette annéeles supports sont pris sur le premier degré car les moyens pour les collèges sont insuffisants (pour faire passer la réforme des lycées la suppression de postes a été concentrée sur les collèges). Ces créations de postes sont indispensables et devront être implantés pour le 1er mouvement des personnels.
  • IME : fermetures de 2 postes à Champhol et 2 postes à Vernouillet ; ouvertures d’1 poste à Dreux, 1,5 poste à Chartres et 0.5 à Châteaudun. Nous n’acceptons pas le choix du ministère qui veut substituer une logique individuelle au détriment d’une logique d’établissements dont la conséquence est de supprimer des moyens dans les IME.
  • RASED : fermetures de 5 postes G et 1 E, ouvertures de 7 postes E, maintien des postes recentrés l’an passé à l’exception de Nogent le Rotrou P. Langevin (G) et Dreux J. Zay(E)
  • Formation CAPSH : 12 départs possibles, à ce jour 10 demandes dont 9 fermes
  • Suppression de 4 postes de MCR (Mainvilliers J. Zay, Dreux J. Zay, Chartres Ampère et Châteaudun J. Macé). L’IA veut fermer ces postes pour préserver des classes dans ces écoles. Pour notre part nous considérons que ces postes sont indispensables pour le bon fonctionnement de l’éducation prioritaire et qu’ils ne doivent pas rentrer dans le jeu des ouvertures et des fermetures de classes.
  • Réouverture d’un CPD sciences
  • Fermeture des écoles G. Philipe à Chartres et L. Pergaud à Châteaudun
  • Création de nouvelles écoles :
    • Chartres après la fermeture des écoles C. Chaplin et Les Catalpas ;
    • Dreux après la fermeture des écoles L. Frapié et Clos Maillard
  • Déplacement de la classe de Jaudrais au Mesnil Thomas
  • Saint Ouen Marchefrois change de regroupement (quitte le RP gilles, Guainville, Le Mesnil Thomas pour le RP Rouvres, Berchère sur Vesgres)
  • 16.5 postes de décharges de direction (15 au titre des écoles 4 classes et 1,5 pour les écoles 13 classes) et l’IA s’est engagé à répondre rapidement (avant le mouvement) concernant les majorations d’autres décharges.

Ces mesures ne permettront d’effectuer une rentrée 2010 dans de bonnes conditions. C’est l’expression unanime des représentants du personnel qui ont voté contre les mesures proposées par l’Inspecteur d’Académie et ce sont tous prononcés pour la motion unitaire figurant ci-dessous.

  Tous à Paris le 30 janvier pour l’École

Ce n’est que par la mobilisation que nous pourrons changer la donne !

Vos délégués du personnel : Bruno Baire, Sylvie Jolivet, Sandrine Péricat, Jean-Christophe Rétho, Joël Silly, Hugues Villemade.


  Motion présentée par la FSU, l’UNSA éducation et le SGEN-CFDT

au CTPD du 26 janvier 2010

Le CTPD réuni le mardi 26 janvier à Chartres constate que le département d’Eure-et-Loir aura 280 élèves de plus à la rentrée 2010.

Avant toute opération de préparation de la rentrée, deux contraintes nous sont imposées par la rigueur budgétaire :

  • 1 La disparition de tous les supports de stagiaires implantés à l’antenne de l’IUFM de Chartres coûte 15 postes au département par l’implantation de ¼ de décharge de direction sur toutes les écoles 4 classes.
  • 2 Les postes en surnombre de 2009, dus au recul du gouvernement sur les RASED, devaient être régularisés par le ministère, engagement pris au CTPM de décembre 2009. Le ministère est en passe de revenir sur sa parole et c’est au département de payer la note sur sa dotation. Nous devons donc rendre 9 postes.

24 postes sont d’emblée mobilisés pour rentrer dans le cadre budgétaire.

Dans ce contexte la dotation de 23 postes est très largement insuffisante. Le nombre de fermetures de classes sera largement supérieur au nombre d’ouvertures alors que nous devons accueillir plus d’élèves.

Le CTPD s’adresse au ministère de l’Education Nationale pour qu’il tienne sa parole concernant les surnombres et abonde le département d’une nouvelle dotation en postes qui permettra de répondre aux besoins de l’Eure-et-Loir.

Vote : 10 pour, l’administration n’a pas pris part au vote.


  Déclaration du SNUipp-FSU au CTPD du 26 janvier 2010

Monsieur l’inspecteur d’académie,

Le gouvernement poursuit son offensive libérale, multiplie les mesures qui creusent les inégalités, aggravent les conséquences de la crise, le chômage, la précarité, l’insécurité sociale et remet en cause les solidarités. Les mesures de répressions du mouvement social et de ses acteurs s’amplifient.

Il poursuit la mise en œuvre de la RGPP et de la Réate, imposant de nouvelles réductions budgétaires et de nouveaux modes de gouvernance et de pilotage. Dans la fonction publique, le gouvernement maintient ses choix de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. 34 000 nouvelles suppressions de postes viennent s’ajouter aux suppressions des années précédentes.

Dans l’Éducation, cela se traduit par la suppression supplémentaire de 16 000 postes malgré une augmentation démographique prévue de 5 300 élèves à la rentrée 2010. Si le ministère affiche la création de 2 182 postes, ceux-ci ne couvrent en réalité que partiellement la suppression des 9 182 postes de stagiaires PE2 qui assuraient le quart de décharge des directions à 4 classes et les semaines de stages de formation continue.

En Eure-et-Loir on assiste à un véritable tour de passe-passe.

La dotation affichée de 23 postes cache grossièrement une réalité bien différente :

la réforme de la formation des maîtres oblige dès à présent à affecter 15 postes pour les décharges de direction des écoles à 4 classes afin de compenser la suppression des stages filés des PE2. Nous ne sommes plus qu’à +8 postes.

Ajoutons à cela les 9 postes de RASED que le département doit encore au ministère, nous voilà à -1.

Comment continuer à se féliciter d’une dotation de + 23 postes quand il faut dès à présent étudier 34 fermetures de classes pour n’en ouvrir que 20.

Concrètement il y aura à la rentrée 280 élèves de plus mais 14 classes en moins.

Après avoir réalisé des économies en fermant des postes de mis à disposition, des postes de RASED, une partie des postes surnuméraires, en amputant de 80% l’accueil des moins de trois ans en une décennie, le ministère de l’Éducation Nationale poursuit dans cette logique en supprimant l’année de PE2.

Il y aura donc une centaine d’emplois rémunérés en moins en Eure-et-Loir.

Où se feront les prochaines économies ?

Comment essayer de faire croire « qu’avec beaucoup moins on peut présenter et faire du plus »…

Aucune perspective positive ne se dessine, que ce soit :

  • en faveur de l’école maternelle : notamment l’abaissement des effectifs ou la scolarisation des moins de 3 ans,
  • pour le remplacement : nous nous opposons à toutes remises en cause des dispositifs de remplacements et exigeons les moyens nécessaires en postes de titulaires pour qu’ils soient assurés dans les écoles,
  • pour la formation des enseignants tout au long de leur carrière,
  • en faveur des RASED pour lesquels nous demandons la restitution des 3 000 postes supprimés l’an passé, ainsi qu’une offre et des départs en formation suffisants pour améliorer la prise en charge des élèves en difficulté,
  • au niveau de la direction et du fonctionnement de l’école avec notamment plus de temps de décharge pour tous les collègues directeurs, y compris les écoles de moins de 4 classes,
  • pour l’éducation prioritaire avec une véritable relance des ZEP,
  • ainsi que pour la scolarisation des élèves en situation de handicap qui continue d’évoluer sans toujours prendre en compte les besoins des élèves et des écoles. Il est important de faire un bilan de l’application de la loi du 11 février 2005. Par ailleurs, les conventions concernant les unités d’enseignement impliquent une attention particulière, afin de préserver les moyens nécessaires aux établissements et à la qualité du service. Ces changements de fonctionnement ne peuvent pas se limiter à des mesures de carte scolaire : elles nécessitent une concertation et une réflexion préalable de tous les acteurs.

Dans notre département nous faisons le constat d’une situation dans laquelle les conditions d’apprentissage des élèves et d’exercice du métier pour les enseignants se dégradent.

C’est de moyens supplémentaires dont nous avons besoin pour construire l’École Publique et Laïque de la réussite de tous et pour offrir à chacun de nos élèves un haut niveau de culture commune.

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.