www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression
5 octobre 2010

Audience IA du 27 septembre 2010

Cette audience demandée par le SNUipp à l’Inspecteur d’Académie concernait particulièrement les droits des personnels et les obligations de services.
Nous sommes intervenus sur 5 points particulier :

  • L’aide personnalisée
  • Obligations de service des enseignants en IME
  • Les PES, surnombre et prise de fonction des PES
  • Les réunions d’infos syndicales
  • Déclaration d’intention de faire grève

L’aide personnalisée

Nous avons rappelé à l’IA que l’aide personnalisée est un dispositif lié à une réorganisation de la semaine scolaire décidée sans consultation et qui reste très largement non souhaitée par la profession ; qu’elle prend la place d’heures supprimées à la classe qui font défaut pour mener à bien et à terme des programmes de plus en plus denses ; qu’elle entraîne un alourdissement de la journée de classe des élèves et des enseignants ; qu’elle s’inscrit dans la suppression massive des postes d’enseignants RASED, alors qu’elle n’est pas un outil pour aider les élèves les plus en difficulté ; que toutes ces observations démontrent un gain très minime en termes de progrès réalisés par les élèves (en particulier du point de vue du transfert des compétences présumées acquises à la situation d’apprentissage en groupe classe) même s’il est pointé une amélioration de la relation élèves/enseignant (l’IENA partageant ce dernier point lors de l’audience).

Nous avons souligné que le fonctionnement départemental, en vigueur depuis la mise en place, avec une indication de répartition en 40h élèves et 20 h préparation permet à l’équipe pédagogique de dégager du temps pour rencontrer et informer les familles, se concerter en équipe pour évoquer la situation et l’évolution des élèves et coordonner le dispositif avec les prises en charge RASED, établir des bilans d’action en équipe et échanger sur les pratiques, mutualiser les outils utilisés, etc.

Aucun changement dans le dispositif ne justifie une modification des horaires. L’organisation de l’aide personnalisée imposée pour cette année scolaire après la rentrée (50 + 10, soit la diminution de tous les créneaux horaires consacrés au travail décrit ci-dessus) n’a donc aucun fondement. C’est pourquoi nous avons demandé à l’IA de valider les propositions de Conseil des Maîtres d’organisation initiale (basé sur l’indication 40+20), sans externaliser les heures de préparation, d’organisation et de bilan. La réponse opposée par l’Inspecteur d’Académie, est que, de part les remontées des IEN et des visites qu’il a pu faire sur le terrain, nombre d’écoles avaient déjà cette organisation l’an passée, qu’il ne reviendrait donc pas sur cette organisation.

Pour le SNU-ipp, cela n’est pas acceptable.

C’est une nouvelle fois une marque de défiance envers les collègues où l’on tente d’entretenir la confusion entre préparation et organisation.

Quant au rôle dévolu au directeur, c’est inacceptable ! Pour lui, comme pour les collègues !

Il n’a pas à vérifier ni à “décompter” ce que font ses collègues.

Le SNUipp appelle à ne pas entrer dans ce jeu. Chacun est responsable.

L’administration organise la gabegie dans les écoles alors que nous avons besoin de temps pour préparer, faire des bilans et rencontrer les familles.

Le SNUipp rappelle que l’utilisation de l’ensemble des heures d’aide personnalisée est aussi laissée à l’appréciation des collègues et des équipes qui, s’il n’y a pas ou plus de besoin avéré, peuvent consacrer ces heures au “renforcement de la formation professionnelle continue hors de la présence des élèves” (circulaire 2008-105).

Il est d’ailleurs curieux que cette disposition ne soit jamais rappelée

Le décret lui, n’est pourtant pas modifié… Un oubli révélateur ??

Nous débattrons de tout cela lors des prochaines réunions d’information syndicale et nous relaierons vos exigences auprès de l’IA.

Obligations de service des enseignants en IME

La circulaire du 24 juin 2010 définit les horaires et obligations de service des PE et instituteurs adjoints, titulaires mobiles, IPEMF, directeurs, maîtres en temps partiels ? Par contre rien concernant les personnels exerçant sur les supports de l’ASH.

Si pour les collègues de RASED, de CLIS et d’ULIS (UPI) de récentes circulaires ont clarifiés la situation, rien concernant les IME et les Unités d’Enseignement…

Nos collègues des IME seraient-ils entre les circulaires de 82 et de 2010 ?

L’IA a donc confirmé ce que nous indiquions aux collègues depuis la rentrée, dans l’attente d’une nouvelle circulaire (prévue pour avril 2010 !!! avec les décrets pour la mise en place des UE…) c’est bel et bien la circulaire de 82 qui est en application.

Les PES, surnombre et prise de fonction des PES

Ces trois éléments sont liés fortement. En effet des collègues en surnombre sont actuellement affectés (PV provisoire !!) sur les supports des PES.

Au retour des congés d’Automne, du 3 au 5 novembre pour être précis, les PES seront en tuilage (non ce n’est pas une formation « couvreur ») avec le surnombre en poste depuis la rentrée.

La semaine suivante débute les premières cessions de stages de formation de deux semaines pour le groupe PES1 (suivront ensuite les groupe 2 et 3, pour chacun deux semaines, jusqu’aux congés de Noël).

Et les surnombres alors ?

Ils assureront la « continuité de la classe » sur le support qu’ils occupent actuellement, au moins pour le groupe PES1, probablement pour le Groupe PES2 et PES3 (dans ce cas ils seront nécessairement en surnombre dans l’école de rattachement du support occupé actuellement).

Et si des postes deviennent vacants ?

Les collègues en surnombre seront nommés sur ces postes, et n’assureront pas le tuilage et la « continuité de la classe »…

Si des collègues en surnombre rencontrent des problèmes où reçoivent des sollicitations des circos du type remplacement dans d’autres écoles contactez nous rapidement…

Les réunions d’infos syndicales : semaine du 15 au 20 novembre

Nous avons averti l’Inspecteur d’Académie que cette année nous tiendrons des ½ JIS sur le temps de classe. Sur une même journée nous ferons 2 réunions identiques (une le matin pour la moitié des collègues d’un secteur, l’autre l’après midi pour la seconde moitié). Les écoles ne sont donc pas fermées, les élèves peuvent être accueillis répondant à l’article 4 de l’arrêté du 16 janvier 1985.

L’article 4 de l’arrêté précise que :

« conformément aux termes de l’article 7 du décret susvisé, les réunions organisées dans les conditions définies aux articles précédents ne doivent entraîner aucune réduction de la durée d’ouverture des établissements d’enseignement ou de formation des maîtres. Cette obligation impose que soient assurés en priorité l’accueil, l’enseignement et la surveillance des élèves et qu’aucune fermeture d’établissement ne soit autorisée. A cette fin toutes les dispositions nécessaires sont prises en concertation avec les organisations représentatives des personnels concernés, une semaine au moins avant la date retenue pour chacune de ces réunions, par les inspecteurs départementaux de l’éducation nationale et les directeurs d’école dans le premier degré, par les chefs d’établissement d’enseignement du second degré et les directeurs des établissements de formation des maîtres ».

L’Inspecteur d’académie s’est trouvé en difficulté face à cette annonce, précisant qu’il ne remettrait pas en cause le droit à l’information syndicale pour les collègues, mais que dans le même temps l’organisation mise en place l’an passée était à ses yeux satisfaisante.

Nous avons répondu que le SNUipp a toujours demandé plus de temps pour la concertation et pour la formation, et donc de demander à nos collègues de faire le choix entre les deux n’est pas une bonne solution.

Que l’organisation choisie par le SNUipp cette année permet de concilier à la fois le droit des collègues et le cadre légal de son application.

Déclaration d’intention de faire grève

Nous avons tout d’abord dénoncé la mise en place de cette déclaration allant de paire avec le SMA, puis rappelé que seuls les enseignants des écoles maternelles, élémentaires et primaires ayant une classe le jour de la grève devaient faire cette déclaration. Sa seule utilité est la mise en place du droit d’accueil. Les demandes, par l’administration,de déclaration d’intention pour les collègues des SEGPA, EREA, ULIS, IME, des RASED, des directeurs déchargés ce jour là étaient illégales.

L’IA a confirmé que ces collègues n’avaient pas à faire de déclaration préalable.

Cela nous a aussi permis de faire comprendre à l’IA qu’en ce début d’année scolaire, il était utile de faire prendre conscience à certains IEN de « lever un peu le pied ».Toute velléité de poursuivre dans cette voie ne pourrait être prise que pour de l’autoritarisme

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir, tous droits réservés.