www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression
7 mai 2021

CHSCT-D du 6 mai : point sur la situation sanitaire

JPEG - 24.9 ko

Ce CHSCT-D avait pour ordre du jour le bilan des remontées de fiches SST et deux compte-rendus de visite. Nous avons évidemment aussi profité de cette instance pour évoquer les nombreuses questions sans réponse au sujet de la situation sanitaire.

Situation sanitaire

La Dasen a commencé par faire un état sanitaire de notre département.
Le constat est le suivant : l’épidémie régresse et le nombre de cas covid aussi.
Il n’y a pas d’excès de mortalité dans notre département, 100 000 personnes ont reçu la première dose de vaccin et 40 000 personnes ont reçu les deux doses.
Forts de ces éléments, nous avons évoqué plusieurs questions :

La Vaccination : Nous avons alerté Madame l’IA sur les inégalités territoriales dans l’accès à la vaccination. Des adaptations locales commencent à se mettre en place et incitent, de façon tout à fait positive, un certain nombre de personnels à se faire vacciner, sur la seule base d’exercer dans une commune donnée.
Madame l’IA nous a répondu que, suite à la parution d’un article dans l’Echo, elle avait interrogé l’ARS sur cette ouverture de la vaccination à tous les personnels enseignants dans certaine commune. L’ARS lui a répondu que cette vaccination n’était ouverte qu’aux personnels prioritaires définis réglementairement (plus de 55 ans etc...). Nous avons souligné que cela ne correspondait pas à la réalité de ce qui se pratiquait et qu’en conséquence, il était nécessaire qu’une communication institutionnelle clarifie cette question.
Nous regrettons ici l’absence d’engagement de Madame l’IA en faveur de la vaccination de tous les personnels malgré nos demandes insistantes appuyées sur la demande croissante des personnels d’avoir accès à cette vaccination. Elle a ainsi refusé de faire voter l’avis que nous avons proposé à ce sujet et ne semble pas avoir l’intention de communiquer sur ce sujet.


Non-brassage et non-remplacement :
Nous avons réitéré notre question sur l’éventuelle mobilisation des personnels AESH en cas d’absence non remplacée d’un enseignant, question réitérée car lors de précédente sollicitation, nous étions resté dans le flou. La Dasen nous affirmé que les AESH s’ils devaient être mobilisés en cas d’absence non remplacée d’un enseignant, c’était bien sur le laps de temps qui permette aux familles de venir chercher leurs enfants et qu’en aucun il leur sera demandé de prendre la responsabilité d’un groupe. Nous avons aussi rappelé que la problématique du remplacement n’est pas nouvelle dans notre département mais qu’elle a largement été mise en avant avec la crise covid. Si nous ne pouvons qu’être favorables au renforcement des mesures sanitaires pour endiguer l’épidémie en mettant en place un non-brassage absolu des groupes d’élèves, il n’en demeure pas moins que la gestion sans moyens sur le terrain reste une réelle problématique.

Aération et capteur de CO2 : Nous sommes intervenus pour demander où en est l’équipement des établissements et écoles en matière de capteur de CO2.
L’ISST a bien précisé que ces capteurs sont des indicateurs du confinement de l’air et sont indispensables dans les salles qui n’ont pas de VMC.
L’administration nous indiqué que le Conseil Départemental équipe chaque collège du département, un travail est par ailleurs engagé avec les collectivités en ce qui concerne les écoles.

Les Autotests dans le second degré :

• Les autotests pour les personnels sont en cours de livraison dans les établissements depuis le 5 mai. Dans l’attente d’un kit académique de communication, ils ne seront distribués aux personnels qu’à partir du 10 mai.

• Pour les élèves c’est-à-dire les lycéens puis les 4e et 3e, les autotests seront livrés dans la semaine du 17 mai. Ces autotests seront pratiqués à partir du 24 mai uniquement dans les établissements sous la supervision d’un-e infirmier-e ou d’un médiateur covid (personnel recruté par le rectorat). En l’absence de consignes à cette heure pour l’organisation de ces séances, leur organisation incombera donc aux chefs d’établissement.

• Les autotests dans le second degré ne seront distribués qu’aux personnels volontaires en priorisant les personnes “vulnérables” (celles et ceux étant dotés par l’État d’un masque chirurgical aujourd’hui), aux enseignants et AESH, tous les autres personnels, en raison du manque d’autotests en nombre suffisant...Hallucinant !
Seul point positif, les agents “vulnérables” du conseil départemental ou régional en seraient destinataires au même titre que ceux de l’État.

Nous avons ici dénoncé le retard de cette mise en œuvre et son caractère totalement chaotique : rien de prêt, des équipes devant gérer l’absence d’anticipation des échelons supérieurs, le tout dans un contexte de fin d’année scolaire et donc de période de préparation également problématique des examens.

Nous avons enfin évoqué dans le cadre des questions diverses la situation des écoles Jean-Macé de Châteaudun, après lu en début de séance une déclaration intersyndicale au sujet de ces mêmes écoles et de leurs personnels.
Le conseiller de prévention départemental nous a précisé que la première tranche de travaux relative à la stabilité de l’édifice vient d’être terminée ; et que la deuxième salve de travaux aurait lieu pendant les congés d’été.

La FSU a affirmé sa demande d’une visite des locaux des écoles par l’ISST pour lever son alerte inscrite au RSDGI, si les conclusions de Mme Egiole, ISST, le permettent.

Nous complèterons le reste de ce compte-rendu dans les jours qui viennent.

 

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 28 | Eure-et-Loir , tous droits réservés.